Jardin aux mille couleurs Index du Forum
Jardin aux mille couleurs
Salon de thé * Parsley, Sage, Rosemary And Thyme *
 
Jardin aux mille couleurs Index du ForumFAQRechercherS’enregistrerConnexion

:: C'est le destin -Fanfic- ::

 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jardin aux mille couleurs Index du Forum -> Jardin au milles couleurs -> Salon de thé exterieurs
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:42 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 1: La perte d'un être cher


10 ans avaient passé depuis le retour de Sasuke à Konoha. Sakura et Sasuke s’étaient mariés à peine 1 an après le retour de celui-ci. Malgré leur désir ardent d’avoir des rejetons, Sakura eut beaucoup de mal à tomber enceinte. Le premier enfant était mort-né. Le second n’eut pas plus de chance. Finalement, le troisième survécu même s’il est né prématurément. Kaï faisait leur bonheur. C’était un enfant qui semblait éprouver le besoin de se prouver aux autres. Sûrement parce que son père fut le légendaire Uchiha. Il était petit et maigre, la copie conforme de Sasuke en beaucoup plus fragile. Le gamin était sensible mais turbulent et était devenu Genin il y a quelques mois. Agé de 9 ans, il n’a pas encore activé le Sharingan mais Sasuke était certain que ça ne saurait tarder.

***

« Tou-san! Kaa-chan! Je vais rejoindre Kisa, Meihru et Hanabi-sensei au bureau d’Hokage-sama! »

« Hn. Naruto vous donne une mission? » Sasuke mordit dans sa tartine grillée.

« Hai! C’est notre première mission de rang C! Hanabi-sensei nous a déjà expliqué la mission en résumé et Hokage-sama va nous expliquer les détails. La mission consiste à accompagner un architecte d’Iwa. »

Sasuke s’étouffa. Sakura lui donna une petite tape sur le dos.

« Tou-san, vous allez bien? » s’inquiéta Kaï.

« Oui, oui… » Sasuke se racla la gorge. « Ne t’inquiète pas pour moi. »

« Kaï, fait bien attention à toi, d’accord? » Sakura essaya de lui sourire.

« Reste sur tes gardes, on ne sait jamais. » ajouta Sasuke en essayant de chasser toutes les inquiétudes qui tourbillonnaient dans sa tête.

« Ne dit pas ça… Après tout, ce n’est qu’une mission d’accompagnement, non? »

Sasuke ne répondit pas. Il s’était replongé dans ses pensées.

« Bon… alors…Bonne chance avec ta mission, Kaï! »

« Merci, Kaa-chan! »

Sur ces mots, Kaï se précipita vers la porte d’entrée, attrapant sa poche de kunai, et gratifia Sakura d’un sourire joyeux.

« À bientôt, Tou-san, Kaa-chan! Je vous aime! »

La porte claqua et Kaï sortit de la maison familiale. Pour ne plus jamais y revenir.

***

Ça ne sert à rien de vivre sans rêves. C’est dommage de mourir sans les avoir accomplis.

***

Sakura se cramponna à son mari tel une naufragée sur un rocher en pleine mer. Elle sanglota à y perdre la voix. Sasuke resta, au contraire, figé.

Une partie de lui-même savait que ça allait arriver. C’était trop évident. Les mêmes circonstances. Pourquoi n’avait-il pas empêché le gamin d’y aller? Pourquoi? Il aurait pu…Il… Il avait littéralement envoyé son fils à la mort.

Une autre partie de lui-même le contestait. Ça ne pouvait pas être vrai. Hyuga Hanabi supervisait l’équipe... Non, ce n’était pas possible. C’est tout simplement impossible. C’était l’héritière du clan Hyuga. Non. Non, tout ça n’est qu’un tissu de mensonges, un cauchemar, un Genjustu dont il fallait qu’il se libère. C’est impossible… La preuve, rien ne pouvait échapper au Byakugan, pas vrai?

Pourtant, il connaissait lui aussi le seul point faible du Byakugan. C’était bien trop vrai. Ils étaient morts. Morts. Y compris son fils. Sa chair et son sang avait péri sous une misérable embuscade.

***

Ce qu’on n’a pas osé faire lorsqu’on était en vie… on ne le regrette qu’à notre mort.

***

Sasuke venait tout juste d’arriver de sa mission d’ANBU. Il était exténué mais la seule pensée de son fils, courant vers lui avec un sourire fendu jusqu’aux oreilles en criant de joie, lui donnait l’énergie d’ouvrir la porte d’entrée.

Mais ce soir là, à la place de Kaï se trouvait Sakura, le visage déformé par l’inquiètude. La kunoichi se rongeait les ongles jusqu’au sang. Elle se retourna soudainement lorsqu’elle entendit la porte d’entrée se refermer.

« Sasuke! » murmura-t-elle. Sakura se précipita vers lui. Elle se jeta dans ses bras et commença à pleurer, le visage enfoui dans le cou de Sasuke.

« Qu’est-ce qu’il se passe? Où… où est Kaï? »

« Il devrait être rentré depuis des heures! Je l’ai attendu, attendant au moins un coup de fil de la part de Naruto pour confirmer que son équipe avait prit plus de temps que prévu pour la mission! Mais… rien… » dit Sakura d’une voix secouée de trémolos.

On sonna à la porte.

Sakura sursauta et alla ouvrir.

Sur le seuil de la porte se tenait Naruto, Rokudaime-sama en personne, l’air affligé.

Et là, Sasuke sut, avant même que Naruto ouvre la bouche, ce que l’Hokage venait leur annoncer.

« Haruno Sakura… Uchiwa Sasuke… »

La voix de Naruto sonnait faux. Le Kyubi s’éfforça de garder un ton de voix professionnel mais des sanglots amers le secouèrent.

« Uchiha Kaï est… il est… » Naruto serra les poings et baissa la tête. Une larme mouilla le tapis de la porte d’entrée.

« Kaï est mort. » chuchota-t-il finalement.

Sakura écartilla ses yeux. Elle resta silencieuse.

« Il a péri en mission, à Iwa. Avec ses 2 coéquipiers. »

« Que… Qu’en est-il advenu de… »

Le rire de Sakura interrompit Sasuke.

« Ha,ha… Je vois. C’est une autre de tes blagues, n’est-ce pas? Hein, Naruto? »

Rokudaime se contenta de la regarder tristement.

« Hein, Naruto?! C’est une blague, hein? » répéta-t-elle plus fort, en insistant davantage sur ses mots.

« … »

« NARUTO! DIS-MOI QUE C’EST UNE BLAGUE! Réponds-moi… NARUTO! » hurla-t-elle de désespoir.

Sasuke mit sa main sur l’épaule de sa femme. Sakura se retourna vivement, le visage baigné de larmes. Le cœur de l’Uchiwa se serra. Il se rappella de la nuit où il avait quitté le village. Sakura l’avait poursuivit, en larmes… Ces même larmes coulaient le long des joues pâles de celle qu’il aimait. Il détestait la voir pleurer…

***

J’aimerais être une larme pour naître dans tes yeux, vivre sur tes joues et mourir sur tes lèvres…

***

La porte coulissa. Hyuga Hanabi retourna difficilement sa tête vers le visiteur qui venait d’entrer.

« Nee-chan… » murmura-t-elle faiblement.

Hinata avança vers le lit de sa sœur. Elle prit une des mains enrobées de bandages de Hanabi et la serra contre sa joue.

« Pardonne-moi, onee-chan… Je n’ai pas pu…. Même pas l’un d’entre eux… »

« Chuuuuut… » chuchota Hinata. « Arrête de parler pour ne rien dire. Je sais déjà tout ça. »

« Onee-chan, comment peux-tu dire cela? À cause de ma faiblesse, j’ai laissé Meihru mourir. Ta propre fille! »

« Peut-être mais toi, tu es ma sœur et tu vaux autant à mes yeux… Je suis si heureuse que tu sois en vie! »

Hinata éclata en sanglots.

« Ne pleure pas, nee-chan. Ne pleure pas, je t’en prie… » Hinabi ravala ses larmes.

L’ainée renifla.

« Hanabi… je sais que tu as fait tout ce que tu pouvais. Et je remercie le ciel de te voir encore vivante. »

La jeune Hyuga esquissa un petit sourire.

« Pas pour longtemps… »

« Ne dis pas ça! » s’emporta Hinata.

Hinata se leva violemment de sa chaise qui tomba à la renverse.

« Je t’interdit de dire ça! Tsunade-sama va te guérir! »

« Tu oublies que Tsunade a presque atteint les 70 ans. Ses facultés médicales se sont détériorées au fil des années. Les dégats sont irréparables.»

« Si Tsunade-sama en est incapable, Sakura-san le fera! » répliqua l’ainée.

À ce moment-là, la porte coulissa pour laisser entrer un Sasuke aux yeux rougis. Hinata eut du mal à le reconnaître. Personne n’avait jamais vu l’Uchiwa dans un tel état… Ses cheveux étaient en bataille, des rides s’étaient creusées sur ses tempes, ses paupières étaient affaissées. Il entra d’un pas monotone dans la petite pièce blanche.

« Hanabi-san, Hinata-san. » les salua-t-il d’une voix rouillée.

« Sasuke-sempai… » murmura Hanabi. Ses yeux se remplirent de larmes.

Il se posta sur l’autre côté du lit, face à Hinata.

« Le Byakugan sait-il lire dans les âmes des gens? » demanda-t-il simplement après un long moment de silence.

« Je… Je ne pense pas. » répondit Hinata.

« Alors, vous ne savez pas comment je me sens en ce moment, n’est-ce pas? »

« Sasuke-sama… Vous… Des envies de meurtres… » murmura Hanabi.

« Si. Et pour cela, j’ai besoin d’une description détaillée de vos attaquants. »

« Ça ne servira à rien, Sasuke-san. » l’avertit Hinata.

L’Uchiwa ne dit rien.

« J’ai une âme différente de la vôtre, Hinata-san. Au lieu d’emprunter le chemin le plus pacifique comme vous, mon esprit cherche la vengance et ne reposera en paix que lorsqu’il l’aura accomplie. Surtout s’il s’agit de la disparition d’un être cher. »

« Puis-je vous rappeler que moi aussi j’ai perdu un enfant dans cette mission? »

« Mais vous au moins vous en avez d’autres. C’était mon seul enfant… un miracle qu’il ait survécu lors de l’accouchement… Je sais que nous n’en aurons pas d’autres. Tel est le verdict de Tsunade-sama après sa naissance. »

Il activa le Sharingan.

« Donc... ayez l’aimabilité de me fournir toutes les informations que vous avez sur vos attaquants, Hanabi-san. »

« Vous ne pouvez pas vous mesurez à eux, Sasuke-sempai… Ils vous tueront. »

« J’ai survécu au massacre de mon clan, j’ai étudié sous la tutelle d’Orochimaru, j’ai tué Uchiwa Itachi, supposément le plus puissant ninja de sa génération… J’ai survécu à toutes ces choses. J’éliminerai ceux qui m’ont enlevé mon fils. »

Hinata soupira. Hanibi ferma les yeux. Sasuke avait l’air plus déterminé que jamais. À cet instant, Hanabi ouvrit la bouche pour parler… La porte vola en éclats.

***

Cœur qui soupire n’a pas ce qu’il désire…
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Dernière édition par Konan lunétoile le Lun 5 Mai - 21:10 (2008); édité 1 fois
Revenir en haut
Publicité






MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:42 (2008)    Sujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:43 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 2: Des plaies à peine refermées


Et la porte vola en éclats…

***

« Sasuke! » cria une voix familière.

« Ah, tu es là. Je t’ai cherché partout pour… »

Naruto émergait du nuage de poussière que la destruction de la porte avait causé. Son visage, teinté d’un profond désespoir, s’illumina de soulagement lors d’une fraction de seconde avant de redevenir glacial.

« L’enterrement. » articula-t-il. « Toi et Sakura-chan… Vous viendrez, n’est-ce pas? »

Sasuke baissa les yeux en se remémorant de la lettre qu’il avait violemment jeté à la poubelle.

« Je peux te poser une question… Naruto? »

« Quoi? »

« Pourquoi est-ce que la mort de ton enfant ne te fait pas plus d’effets que ça? » L’Uchiwa leva son regard farouche pour le planter dans celui de son ami.

« ... » Naruto ignora les provocations de Sasuke et resta impassible. Il jeta un coup d’œil à Hinata. Celle-ci hocha légèrement la tête.

« Comme tu le sais, Meihru, c’était notre fille ainée. Une partie du Kyubi a pu s’échapper du sceau qui l’emprisonnait et… il a possédé Meihru. Pendant son enfance, elle souffrait de crises de somnanbulisme, faisait des cauchemars à chaque nuit et même que parfois… elle se métamorphosait partiellement. »

« Co-comment est-ce possible? » Sasuke détourna son attention de Naruto pour la reporter sur Hinata. « Ça veut dire que… »

« Hai, Sasuke-san. Meihru était un réceptacle. Sauf qu’elle n’avait pas de sceau pour contenir Kyubi. Puisque la technique du Shikifûjin, l’emprisonnement des morts, a disparu avec Sandaime, il était impossible de sceller Kyubi à l’intérieur d’elle. Nous avons fouillé toute les archives de Konoha en vain. » murmura Hinata.

« Et il a fallu que nous admettions notre défaite. Nous savions depuis le début que si nous ne trouvions pas rapidement le sort de Fûinjutsu, Kyubi dévorera peu à peu l’âme de Meihru. » continua péniblement Naruto. « En 9 ans, nous avons eu le temps de faire le deuil. C’est pour cela que ce n’est pas la mort de Meihru qui m’afflige. C’est celle de Kaï. Il avait toute une vie à vivre. »

Sasuke se leva.

« Nous viendrons à l’enterrement. » L’Uchiwa avait baissé les yeux pour éviter le regard de Naruto.

« L’enterrement aura lieu dans 28 jours. » dit le Kyubi.

Hanabi, restée silencieuse, ne put s’empêcher d’esquisser un léger sourire.

« Arigato, Sasuke-sempai.» chuchota-t-elle.

« Hn. »

Et il disparu dans un nuage de fumée.

***

Le temps passe plus vite lorsqu’il est accompagné d’émotions.

***

La pluie tomba à grosses gouttes sur la foule qui s’était rassemblée. On chuchotait parmi les rangs.

« La rumeur serait donc vraie? »

« L’unique héritier des Uchiwas est mort en mission… Je n’ose pas imaginer comment Sasuke-sama se sent en ce moment. »

« Rokudaime-dono a aussi perdu un enfant. C’est sa fille ainée… Uzumaki Meihru, je crois. »

« Ah oui. On dit qu’elle aurait été possédée par le Kyubi à sa conception. »

« C’est une bonne chose qu’elle ait péri, alors! »

« Ne dit pas ça! Eh, c’est qui le troisième gosse? »

« Il s’appelle Kisa… »

« C’est un prénom de fillette! T’es sûr que c’est un ‘il’?»

« Bah…»

***

Les gens tapis dans l’ombre n’attendent qu’un moment propice pour se dévoiler dans leur plus grande splendeur.

***

Toute ces paroles… Ça lui faisait mal. On ne parlait que du fils de Sasuke et de la fille de Naruto. Et Kisa? La mort de son enfant l’avait entrainé dans un tourbillion de désespoir mais personne ne s’en inquiétait pour autant.

Ino sursauta lorsqu’une main se posa sur son épaule.

« Ki-Kiba! »

« En chair et en os. » Il déposa un baiser sur le front d’Ino avant de la rassurer avec un sourire. « Je t’en prie… Ne te soucie pas de ce que les autres peuvent penser. »

Ino sourit. Elle et Kiba se connaissaient depuis si longtemps qu’ils arrivaient à deviner ce à quoi l’autre pensait.

Oui, il avait raison. Pourtant, elle ne pouvait s’empêcher de ressentir de la haine…

***

L’amour n’existe point sans haine.

***

Les cloches sonnèrent. La cérémonie débuta. Rokudaime, debout devant les trois cerceuils, commenca son discours alors qu’un hibou 1 survolait la foule.

[1] Les chouettes et les hiboux sont des oiseaux psychopompes. On les considère, dans plusieurs sociétés, comme des messagers de la mort.

« Chers shinobis. Nous sommes rassemblés ici pour… » La voix de Naruto s’éteint. Il dut se racler la gorge pour continuer. « Nous sommes rassemblés ici pour communiquer nos derniers adieux à ces 3 braves Genins qui ont péri en mission… Uchiwa Kaï. Inuzuka Kisa. U…Uzumaki Meihru. »

Il balaya la foule du regard.

« Hyuga Hanabi, la Jounin qui supervisait l’équipe, a heureusement survécu. » Et, en s’adressant à cette dernière, Naruto murmura… « Hanabi-san, voudriez-vous parler de …? »

« Non. » l’interrompit-elle d’un ton catégorique. « Cela ne fera que rouvrir les plaies que j’ai sur le cœur, ces plaies à peine refermées. »

Naruto hocha la tête.

« Je comprends… » fit-il.

Hinata se précipita pour aider sa sœur à regagner son fauteuil roulant. Rokudaime s’approcha des cerceuils, dos à la foule. Il se retourna subitement, faisant sursauter tout le monde ou presque.

« Cette mission était une erreur. Une mission trop périllieuse pour être accordée à des jeunes Genins. Mais cette erreur nous a couté 3 vies. Pensez à Ino-san et Kiba qui a perdu un fils, pensez à Sakura et Sasuke qui déplorent la mort de leur enfant unique. Pensez aux jeunes amis des victimes, encore sous le choc d’avoir perdu leur compagnons de jeu! »

Il y avait une telle rage dans sa voix. Même Kakashi eut un mouvement de recul.

« C’étaient des enfants innocents qui méritaient la vie. Cette erreur… elle ne sera plus tolérée. »

Sasuke s’avança d’un pas lamentable.

« Des shinobis meurent chaque jour… çela fait partie de la vie de ninja. » déclara-t-il.

« Des shinobis, certes. Mais pas des jeunes enfants, à peines gradués de l’Académie! »

« … » Sasuke baissa la yeux.

Et à ce moment, il y eut un grand silence.

« Naruto, je demande à voir le visage de Kisa. Juste une dernière fois. » Ino s’inclina devant Rokudaime.

« Non.» trancha l’Hokage. « Tu risqueras d’être traumatisée à vie. »

« Juste une dernière fois. » Elle insista sur ses mots.

Naruto soupira. Il se posta devant le cerceuil où les mots « Inuzuka Kisa » étaient gravés et souleva lentement le couvercle. Kiba se précipita aux cotés de la blonde.

« Nous avons fait du mieux qu’on a pu pour lui rendre un air plus humain. »

Le couvercle retomba dans un fracas. Le drap qui recouvrait le cadavre s’envola au vent. Et tout ce qu’on entendit ensuite fut un grand cri, à glacer le sang.

***

C’est mieux de regretter ce que l’on a fait que ce que l’on n’a pas eu le courage de faire.

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:44 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 3: La révélation


Le couvercle retomba dans un fracas. Le drap qui recouvrait le cadavre s’envola au vent. Et tout ce qu’on entendit ensuite fut un grand cri, à glacer le sang.

***

« C’est K-kisa? » balbutia Sasuke, les yeux figés d’horreur.

« Non… Ça ne peut pas être lui… Il… non, non… vous avez... fait erreur, non… » chuchota faiblement Ino en secouant la tête.

Son regard était accroché sur le visage défiguré de son fils…

Le visage livide du gamin était complètement mutilé. Le fond de teint appliqué pour masquer ses blessures ne faisait que les mettre en évidence. Ses oreilles étaient déchiquetées. Il ne lui restait qu’une seule narine. Sa lèvre inférieure trainait sur son menton, tranchée en deux. Trois ou quatres dents manquaient à l’appel. Et cela sans compter les coupures profondes que Kisa avait sur les joues, le front et les tempes. Un trou béant était logé dans le creux de ses deux clavicules. Ses bras étaient tailladés, ses jambes semblaient être détachées du reste du corps. Le ventre pâle du fils de Kiba était lui aussi marqué de plaies béantes.

Face à ce spectacle digne des pires film d’horreur, Ino et Kiba ne purent que s’accrocher l’un à l’autre. On apporta un nouveau drap. Rokudaime recouvrit soigneusement le corps, referma le couvercle et le scella.

L’Inuzuka dégludit. Ino, quant à elle, se défit de l’emprise de son mari. Elle s’étala sur le cerceuil, sanglotant. Kiba la prit par les épaules et la tira doucement vers lui. Ils restèrent ainsi, serrés l’un contre l’autre.

Sasuke ne pouvait que regarder. Soudain, il sentit une paire de bras lui glisser sur le torse et un corps chaud se coller contre son dos. Sakura l’enlacait. Sasuke ferma les yeux et leva le visage au ciel.

Hinata rejoignit Rokudaime. Elle posa la tête sur sa poitrine. Il huma le parfum de ses cheveux et y déposa son menton. Naruto entoura de ses bras la fine taille d’Hinata, versant une larme amère.

Les trois couples se réconfortèrent du mieux qu’ils pouvaient, s’enlaçant sous les nuages gris de Konoha, ignorant la pluie diluvienne qui les trempait. Pendant un instant, l’amour de ces six personnes chassa la morosité de l’enterrement…

***

La solitude est la pire forme de souffrance en ce monde.

***

Les 3 ANBU sur le pas de la porte saluèrent Sasuke d’un même geste. L’un au masque de chien, l’autre d’oiseau. Celui au masque de poisson se tenait en retrait.

« Que venez-vous faire si tôt le matin? » demanda l’Uchiwa.

« Uchiwa-san, nous venons vous communiquer un message de Rokudaime-sama. »

« Oui? »

L’ANBU au masque de poisson s’avança.

« Hokage-sama voulait vous l’annoncer plus tôt mais puisque vous étiez déjà assez troublés… »

Il fit une pause.

« Le corps d’Uchiwa Kaï n’a pas été retrouvé. Toutefois, nous avons trouvé des morceaux de sa chair, des traces de son sang ainsi que des cheveux. Les flaques de sang étaient si nombreuses que nous avons déduit qu’il était probablement mort d’hémorragie. »

Sasuke écartilla les yeux.

« Les équipes de secours ont cherché dans les alentours. Des pas ensanglantés s’enfonçaient dans la forêt puis une énorme masse de sang séché tachait le tronc d’un arbre. Un chien ninja a été dépêché sur les lieux mais en vain, une averse de pluie a tout effacé. »

Sasuke marmona quelques paroles incompréhensibles.

Les 3 ANBU s’inclinèrent et disparurent. L’Uchiwa claqua la porte. Le bruit réveilla Sakura qui se précipita au vestibule. Elle y vit Sasuke debout, le front contre la porte.

« Sasuke! C’était quoi ce bruit? » lui cria-t-elle, alarmée.

Pas un murmure. Pas un sanglot.

« Réponds-moi, qu’est-ce qu’il s’est passé? »

Pas un soupir. Pas un grognement.

« Bon sang, Sasuke! Réponds-moi! »

L’Uchiwa demeura obstinément silencieux, le visage toujours face à la porte. Sakura s’approcha de lui. Elle posa ses mains sur les épaules de Sasuke. Doucement, elle tira. Il se retourna vers elle…

Une seule larme.

« Des ANBUS sont venus. Ils disent que... Le corps de Kaï n’a pas été retrouvé. » dit-il d’une voix dépourvue d’émotions.

***

Les rêves ne blessent pas. C’est le réveil qui fait souffrir.

***

« C’est non. »

« Vous devez m’accorder une mission. Retrouver Kaï et traquer ces monstres. »

Lorsque Sasuke commençait à le vouvoyer, c’était mauvais signe…

« Non. » trancha Naruto.

« Vous ne comprennez pas, il pourrait encore être en vie. » dit Sasuke d’un ton cinglant.

« Je n’ai pas envoyé d’ANBU pour t’annoncer cela. Kaï est mort. Nous avons retrouvé son corps. Fais le deuil et continue de vivre. Ça me fend le cœur de te voir comme ça. » dit Naruto.

« Montrez-moi son corps. Pour prouver que vous avez raison.»

Naruto ferma les yeux pour un instant et hésita. Le cerceuil avait été scellé et il serait très compliqué de l’ouvrir.

« Bon. Puisque la crémation de Kaï n’est due que pour demain soir… » Rokudaime se leva. « Suis-moi. »

***

Tout le monde entend ce que vous dites. Vos amis écoutent ce que vous dites. Mais les vrais amis comprennent ce que vous ne dites pas.

***

Ils arrivèrent devant un large portique de bois. Naruto posa une main sur le portique et forma un signe avec l’autre.

Ouverture!

Le battant grinca. Naruto et Sasuke s’engagèrent dans un étroit sentier de pierres ébènes, bordé des fleurs écarlates et de sable.


Non, il n’avait pas halluciné. Ce matin-là, il y avait bien eu un trio d’ANBU qui ont sonné à sa porte, il en était convaincu… Ou était-ce un rêve? D’une manière ou d’une autre, Sasuke était convaincu de Kaï était toujours vivant même si Naruto affirmait le contraire. Il lui faisait confiance, la question n’était pas là…

L’Hokage et le chef des ANBU parcouraient le sentier depuis de nombreuses minutes lorsqu’ils virent le toit d’un batiment apparaître à l’horizon. Le batiment en question ressemblait à celui au milieu de la Forêt de la Mort, lors de la 2e épreuve de l’examen Chunnin.

Une lourde porte en bois bloquait l’entrée. Naruto cogna puis récita un étrange mot de passe…

« Celui qui a un rhume ne se rend pas compte qu’il pue. »

Sasuke arqua un sourcil, perplexe.

La lourde porte s’ouvrit soudainement et se referma tout aussi brusquement, emprisonnant Naruto et Sasuke à l’intérieur.

« Pff, j’aurais pu l’exploser avec mon Chidori, cette porte de -- » marmonna Sasuke.

Naruto lui lança un regard mauvais.

« Tais-toi, baka. C’est une porte sacrée. Même mon Rasengan ne pourrait pas l’entailler. »

Ils apercurent du coin de l’oeil un reflet argenté alors que les deux hommes se trouvaient dans une pièce obscure, sans aucune source de lumière. La flamme qui s’alluma devant leur nez les firent reculer d’un bond.

Le feu éclaira la pièce d’une faible lueur orangée. Elle dévoila les traits d’un vieil homme, torche en main, canne dans l’autre.

« Rokudaime-sama. » Il s’inclina. « Qu’est-ce qui vous amène ici? »

« Le corps d’Uchiwa Kaï, Hikei-san. »

« Ah, oui. Le gamin Uchiwa… »

« Nous vous demandons d’ouvrir le cerceuil. Cet homme voudrait s’assurer que le cadavre est bien un cadavre. » Naruto désigna Sasuke.

Hikei éclata de rire. Un rire qui ressemblait plutôt à un éternuement.

« Veuillez me suivre mais je vous préviens. Vous allez être décu, Uchiwa-san. » dit-il en remarquant le blason des Uchiwa cousu sur le vêtement de Sasuke, à la hauteur de l’épaule.

Celui ne répondit pas, les poings serrés, la machoire crispée, tout en continuant de marcher aux côtés de Naruto. Des bancs tout le long des 4 murs. Des colonnes de marbres qui s’élèvent jusqu’au plafond, situé à plus de 4 mètre au-dessus de sa tête. La pièce était nue de toute décoration, un simple tapis rouge déployé dans le centre de la salle. Sasuke arracha la torche des mains de Hikei pour voir le tapis de plus près.

Les Neuf Bijus y étaient déssinés, de Ichibi jusqu’à Kyubi… Ils étaient disposés en cercle, le démon de Konoha trônait au centre.

Hikei reprit la torche, fusilliant l’Uchiwa du regard.

Les trois hommes s’engagèrent ensuite dans un corridor étroit, si bien qu’ils durent marcher un derrière l’autre. Le corridor les amenèrent dans une immense pièce vide, en forme de demi-cercle. Devant eux se dressait une gigantesque porte rouge, le kanji de la mort gravé en or. Le vieillard, de sa poche, sortit une clé dorée d’une forme étrange et l’enfonça dans une serrure camouflée. La porte grinca et s’ouvrit.

Des cerceuils étaient disposés un peu partout autour de la salle circulaire. Des cerceuils de différentes formes et grandeurs. Mais ils contenaient tous la même chose, bien sûr. Tous? Pas tout à fait. Celui d’Uchiwa Kaï était vide.

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:47 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 4: Le casse-tête


Des cerceuils de différentes formes et grandeurs. Mais ils contenaient tous la même chose, bien sûr. Tous? Pas tout à fait. Celui d’Uchiwa Kaï était vide.

***

Les trois hommes restèrent silencieux pendant un long très long moment alors que Hikei s’approcha du cerceuil et l’inspecta de plus près. Vide, le cerceuil était complètement vide.

« Je le savais. » grommela Sasuke.

« Mais c’est impossible! » s’exclama Hikei. « Le sceau n’était pas brisé, l’accès est condamné, on le surveille jour et nuit! Comment est-ce possible? »

« Un maître des justu spatio-temporels pourrait facilement le faire. » déclara l’Uchiwa.

« Sasuke, je ne connais personne dans le village qui sache réaliser ce type de jutsu... À part toi! » s’écria Naruto.

« Serait-ce une accusation? »

Dans la pénombre quaisi-complète, Rokudaime sentit le regard de Sasuke peser sur lui.

***

On se juge par ce qu’on pense pouvoir accomplir. Les autres nous jugent par ce qu’on a déjà accompli.

***

« Convoquez les ANBU qui ont participé à la mission et ramené les corps. »

La silhouette devant le bureau de Naruto disparut en un coup de vent. L’Hokage, exaspéré par tout les évenements, ferma les yeux, croisa le pieds sur sa table de travail et se renversa sur sa chaise...

Naruto comptait sur les témoignages des participants de la mission, ces gens qui ont vu le corps de Kaï, pour convaincre Sasuke... et pour se convaincre lui-même.

Sasuke et lui étaient retournés au village, livrant un rapport au Conseil.

Les pièces de ce casse-tête ne cessaient de se multiplier... Tout avait commencé par l’assassinat de ces 3 jeunes, alors qu’on avait vérifié tous les aspects de la mission avant de la classer « rang C ». Ensuite, Sasuke prétendait avoir vu 3 ANBU sur le pas de sa porte le lendemain de l’enterrement, lui annonçant que son fils était toujours vivant. Puis, le cadavre d’Uchiwa Kaï avait disparut de son cerceuil, sans laisser de trace. Finalement, pour couronner le tout, l’amnésie soudaine de Hanabi, survenue quelques heures après la visite de Sasuke et lui à la morgue.

Il y avait plusieurs explications pour cette perte de mémoire. Une commotion cérébrale, l’ingestion d’une grande dose de somnifère... Toutefois, un traitement au Sharingan aurait pu être tout aussi efficace. Et puisque Kakashi était parti en mission depuis une semaine, les soupçons se rassemblaient autour de Sasuke. De plus, il aurait pu avoir inventé toute l’histoire des 3 ANBU sur le seuil de sa porte. L’odorat de Kiba n’avait détecté aucune autre odeur que celle de l’Uchiwa et de sa femme autour de la demeure de ceux-ci. Sakura affirmait qu’elle n’avait vu personne, elle s’était réveillée seulement après que Sasuke eut refermé la porte...

Soit son ami devenait fou, soit c’était lui qui était derrière tout cela. D’ailleurs, n’était-il pas en mission solo à la frontière entre Iwa et Kumo, lors du meurtre?

« Hokage-sama! Hokage-sama! »

L’ANBU était entré en trombe dans la salle.

« Tous les participants à la mission ont été assassinés! »

Et voilà, une autre pièce à ajouter au casse-tête...

***

Il est inutile de s'opposer a l'inévitable

***

Quelques dizaines de minutes plus tard, Naruto se rendit chez Kotetsu et Izumo, les deux amis inséparables... réunis dans la mort. En fait, l’Hokage accompagnait la brigade d’inspection, espèrant trouver un quelconque indice sur le meurtrier. Toute cette affaire tragique se transforme peu à peu en meurtre sordide.

L’immeuble dans lequel habitait les deux ANBU a été interdit au public. Tout le périmètre avait été enseveli sous des mètres de ruban jaune aux mots « Zone Interdite » imprimés. Rokudaime, accompagné de l’ANBU qui l’avait informé de la tuerie, franchi la barrière après avoir été soumis à d’innombrables tests d’identité.

La porte tachée de sang s’ouvrit dans un grincement. Le tapis blanc de l’appartement était maculée de rouge. Un cadavre, assis sur le divan, regardait sans doute la télévision. Celle-ci était d’ailleurs toujours allumée où se déroulait maintenant un reportage sur les dojutsus. L’animateur expliquait le Sharingan...

Était-ce une simple coincidence?

Naruto découvrit avec stupeur que le corps d’Izumo était transpercé au niveau du coeur. Pour lui porter un tel coup, le meurtrier devaient se trouver juste devant lui et l’avoir attaqué assez rapidement pour que la victime n’aie le temps de réagir. Ses pensées se confirmèrent. Les yeux d’Izumo étaient écartillés, sa bouche entrouverte.

Naruto pensa soudain à la vitesse que Sasuke avait acquis en apprennant le Chidori.

Puis, en examinant la blessure fatale, l’ANBU déduisit qu’elle avait été causée par nul autre qu’un sabre.

L’épée de Kusanagi que Sasuke avait gardé malgré les demandes du Conseil...

L’Hokage et l’ANBU se dirigèrent alors vers la chambre de Kotetsu. Le jeune homme avait aussi reçu un coup d’épée... Et le cadavre, étendu sur le lit, était complètement carbonisé.

Le Katon des Uchiwas.

Arrivèrent alors Kiba et Akamaru. Encore là, aucune trace d’odeur. Le coupable savait aussi comment tromper l’odorat des Inuzukas. Sasuke savait-il faire ça?

Il se rappela du récit de Kiba, alors qu’il discutait de la mission « Retrouver Sasuke » avec Shikamaru.

« Et là, alors que je me suis enfin senti à l’abri, le gars apparaît derrière moi avec mon manteau! Il avait réussi à masquer son odeur avec la mienne... » disait-il en parlant de son combat avec le duo Ukon/Sakon.

Dans ce cas-ci, le meurtrier aurait emprunté l’odeur d’une des victimes ou encore, celle du sang...

Mais comment Sasuke aurait-il pu apprendre ceci? Quelqu’un lui avait peut-être raconté la mission.

« Hokage-sama! »

Naruto sursauta. Une voix l’avait ramené à la réalité. C’était l’ANBU au masque de chat, à ses côtés.

« À quoi pensiez-vous? »

« ... Neko, fixe-moi un rendez-vous avec le Conseil pour demain soir. » rétorqua Naruto sans répondre à la question.

« ... Hai. »

Sans insister, l’ANBU se volatilisa dans un nuage de fumée. Rokudaime se dirigea vers la sortie. Il faisait confiance à Sasuke. Ce dernier affirmait qu’il est innocent, Naruto le croyait. Toutefois, il faut l’avouer, les preuves s’accumulaient. Qui d’autre?

L’Hokage cru bon qu’avant de sauter aux conclusions, une conversation avec Sasuke s’imposait. Après tout, il se trompait peut-être.

***

La politesse est la forme la plus acceptable de l'hypocrisie.

***

La porte de bois s’ouvrit sur un Uchiwa trempé jusqu’à la moelle. Il enleva, comme l’exigeait le code des bonnes manières, ses chaussures sur le tapis d’entrée et accrocha son manteau sur le crochet.

Naruto inclina légèrement la tête en signe de salut. Sasuke lui lança un regard intrigué, en se demandant sans doute la raison de sa visite.

La nuit avait tombé sur Konoha et les nuages gris avaient voilé la lune. La pluie tombait à grosses gouttes. Ces dernières semaines avaient été incroyablement pluvieuses. Comme si le ciel versait lui aussi des larmes amères pour la mort de tous ces gens.

L’homme blond invita le brun à prendre place sur l’une des deux chaises, disposées autour d’une table. L’Hokage étala plusieurs photos devant l’Uchiwa, tout en gardant quelques-unes dans sa paume. Il pointa les photos sur la table, tour à tour.

« Cet après-midi, j’ai été informé d’un assassinat. Apparament, on aurait tué une dizaines de membres de l’ANBU. Je me suis donc rendu sur un des nombreux lieux du crime, chez Izumo et Kotetsu. » dit Naruto.

Sasuke restait impassible.

« Voici un cliché du corps d’Izumo, tué d’un coup dans le coeur. Après avoir analysé la blessure, nous avons déduit que le meurtrier était armé d’une épée. »

Naruto scruta le visage de Sasuke. Aucune réaction.

« Ceci est le cadavre de Kotetsu. Il a été assassiné de la même façon que son coéquipier puis brulé par un jutsu de type Feu. »

Naruto leva la tête une fois de plus pour trouver Sasuke plongé dans la comtemplation de la photographie. Rokudaime lui montra alors les autres clichés, les victimes avaient toutes été tuées de façons similaires : carbonisées, poignardées ou les deux.

«Le vol de la dépouille de Kaï, l’amnésie d’Hanabi, le meurtre de ces ninjas. En y réfléchissant, on dirait que le meurtrier voulait faire en sorte qu’un mystère plane sur la mort de ton fils, Sasuke. En ne laissant aucun témoin, aucune preuve... »

L’Uchiwa hocha lentement la tête.

« Mais j’ai trouvé ceci dans les archives. »

Puis, l’Hokage jeta une des 3 photos, qu’il tenait dans la main, sur la surface de bois.

« Ces clichés proviennent du rapport de la mission des ANBUS à Iwa.Voici le corps d’Inuzuka Kisa. »

Une deuxième photo vint rejoindre la première.

« Voici le corps d’Uzumaki Meihru. »

Naruto se figea. Dans la paume de sa main, le cliché du cadavre de Kaï était complètement noirci, calciné.

« Et voici... le corps... d’Uchiwa... Kaï... » balbutia-t-il.

Sasuke ferma les yeux et esquissa un faux sourire.

« Tu m’as fait parcourir près d’un kilomètre sous la pluie pour me montrer... ça? » dit-il avec une colère contrôlée.

« Non, j’ai gardé la photographie avec moi pendant tout ce temps, elle... »

« Les jutsus spatio-temporels sont redoutables. »

Naruto fusilla l’Uchiwa du regard.

« Pas très modeste, le meurtrier, hein Sasuke? Il nous fait baver avec ses jutsus! Tiens, il me rappelle de quelqu’un... Mais qui? Ah oui! Toi! »

Le visage de Sasuke s’assombrit.

« Non seulement tu m’as fait parcourir un kilomètre sous la pluie pour me montrer cette chose absolument inutile mais tu m’accuse d’avoir commis ces crimes? »

Il s’était levé et penché sur la table.

***

Tes actes parlent si fort que je n'entends pas ce que tu dis.

***

Au contraire, mon cher Sasuke. À tes yeux, cette photographie peut sembler banale. Mais cette chose inutile, comme tu le dis si bien, joue un rôle bien à elle dans la clé de l’enigme... Les apparences sont trompeuses. Gardez cette phrase en tête lors de la lecture des chapitres qui suivront.

Enfin, encore une autre pièce à ajouter au casse-tête. Saurez-vous le résoudre?
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:49 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 5: Les doutes


Au contraire, mon cher Sasuke. À tes yeux, cette photographie peut sembler banale. Mais cette chose inutile, comme tu le dis si bien, joue un rôle dans la clé de l’énigme...

***

Le soleil se levait sur le village encore endormi de Konoha.

Vous avez rejoint Uchiwa Sasuke et Uchiwa Sakura. Nous ne sommes pas disponibles à l’instant. Veuillez laisser un message après la tonalité incluant votre nom et votre numéro de téléphone. Nous vous rappelerons le plus tôt possible.

La voix synthétisée de Sasuke résonna dans les oreilles de Naruto, assis à son bureau.

« Sasuke? C’est encore moi, Naruto. Je t’en prie, je sais que tu m’entends! Arrête d’être aussi têtu et enlève la barrière de Genjutsu. Sasuke! Sasuke! Décroche le combiné, je dois te parler! ... Sakura? Sakura, réponds-moi! Qu’est-ce qu’il se passe chez vous? Sakura? »

Une tonalité interrompit Rokudaime et signala la fin du message. Déterminé, l’homme blond composa encore une fois le numéro des Uchiwas.

Vous avez rejoint Uchiwa Sasuke et Uchiwa Sakura. Nous ne sommes pas disponibles à l’instant. Veuillez laisser un message après la tonalité incluant votre nom et votre numéro de téléphone. Nous vous rappelerons le plus tôt possible.

« Hé! Arrête ce petit jeu immédiatement, t’entends? Réponds-moi! Sasuke! »

À l’autre bout de la ligne, on décrocha le combiné pour le raccrocher aussitôt.

« ... »

Naruto remit son cellulaire dans sa poche et poussa un soupir exaspéré.

Sasuke s’était barricadé dans sa maison, entourant celle-ci d’une puissante barrière, impénétrable. Naruto n’avait plus aucune nouvelle de lui ou de Sakura depuis une semaine, depuis sa discussion avec Sasuke.

Que pouvait comploter l’Uchiha?

Naruto secoua cette pensée hors de son esprit. Sasuke était un de ses plus proches amis. Et il essayait de l’inculper pour meurtre? Quel hypocrite...

Pourtant, les faits étaient là.

Le corps de Kaï lui apporterait sans doutes les réponses qu’il cherchait.

Son rendez-vous avec le Conseil datait d’exactement 6 jours. Les deux anciens coéquipiers de Sandaime avaient secoué la tête et affirmé que les preuves n’étaient pas assez convaincantes. Il y avait des tonnes de shinobis rapides et de type Feu dans Konoha. La pluparts des ninja savaient tous comment manier un sabre. Et comment savoir que c’est l’oeuvre d’un seul homme? Et si le, ou les, coupable n’habitait même pas Konoha?

Et l’amnésie d’Hanabi dans tout cela? Naruto était persuadé que cette perte de mémoire n’était pas accidentelle.

***

La seule raison pour laquelle certaines personnes se perdent dans leurs pensées, c'est qu'il s'agit d'un territoire inconnu.

***

« Hokage-sama! »

Neko avait complètement défoncé la porte. Sous son masque, Naruto cru deviner une expression presque terrifiée.

« La barrière de Genjutsu est tombée! Nous avons mobilisé quelques ANBUS autour de la demeure des Uchiwas. Ils attendent votre signal et on défonce la porte. »

« Oui, vous, les ANBUS, êtes particulièrement doués pour défoncer les portes. »

Neko ignora la blague de mauvais goût.

« Dépêchez-vous, Hokage-sama. »

Les deux shinobis arrivèrent sur les lieux alors qu’environ cinq ANBUS se trouvaient devant l’immense maison.

Ceux-ci reportèrent toute leur attention sur le bras levé de Naruto puis, lorsque l’Hokage le baissa, la porte tombée souleva la poussière.

Ils explorèrent la demeure dans tout ses recoins. L’Uchiwa avait disparu, sa femme était plongée dans un sommeil artificiel.

***

L'homme peut être amené à faire le mal, mais alors sa nature subit violence.

***

Sakura reposait maintenant dans un lit, à l’hôpital, victime du Sharingan. Apparamment, Sasuke l’aurait utilisé sur elle. Un diagnostic de son état mental l’avait prouvé. La kunoichi était particulièrement sous le choc et toujours dans le coma.

L’épée de Kusanagi manquait à l’appel, l’armoire qui la contenait était vide. Sasuke s’était sans doutes enfui avec elle. Il avait aussi apporté une quinzaine de kunai, une vingtaine de shuriken, plusieurs mètres de fil de fer ainsi que son Fuuma Shuriken.

***

Un imbécile qui marche va toujours plus loin qu'un intellectuel assis.

***

« Appellez les ANBUS Moku, Kanshin, Tayuki et Kyo. »
Rokudaime n’attendit qu’une quarantaine de secondes. Les membres des forces spéciales qu’il avait demandé se tenaient devant lui.

« Vous pouvez enlever votre masque devant moi, mes amis. »

« Hai. »

D’un seul mouvement, les quatres ANBUS retirèrent leur masques.

« Vous êtes sans doute au courant de l’affaire Uchiwa? »

Shino, Kiba, Tenten et Neji posèrent un genou sur le sol et inclinèrent la tête.

« Retrouvez-le, ligotez-le et demandez-lui des explications. S’il est incapable de vous en donner, ramenez-le immédiatement à Konoha en le traînant par les jambes où il sera jugé pour meurtres, vol de cadavre, tentative de meurtre sur une kunoichi de Konoha et d’avoir déserté le village. S’il vous échappe ou si vous n’en retrouvez pas la trace, vous perdrez votre grade d’ANBU et il sera classé Criminel de Rang S dans le Bingo Book. »

Habitués à recevoir des ordres sans broncher, Moku, Kanshin, Tayuki et Kyo partirent à la recherche de celui qui était leur capitaine.

***

L'erreur est humaine mais le pardon est divin

***

Le moniteur de l’activité cérébrale s’activa soudain. Sakura se réveillait.

Naruto se précipita donc au chevet de Mme. Uchiwa, en espérant qu’elle lui explique le départ de son mari.

La rose était assise en tailleur sur son lit d’hopital. Les mains jointes sous son menton, comme si elle adressait une quelconque prière. Elle sursauta au glissement de la porte.

« Sakura, tu vas mieux? » lui demanda Naruto.

Elle hocha la tête.

« Bien. Car j’ai besoin que tu m’en dises un peu plus sur Sasuke. Pourquoi est-il parti? » dit-il en prenant une voix plus dure.

« ... »

Sakura détourna la tête et baissa les yeux.

« Uchiwa Sakura. Pourquoi Uchiwa Sasuke a-t-il fuit le village sans rien dire? »

« ... Il n’a pas fuit. » lâcha-t-elle.

« Alors pourquoi? »

Naruto s’assit sur une chaise placée à côté du lit, spécialement mise là pour les visiteurs.

« Où est-il allé? Son frère est porté disparu. Le repaire principal de l’Akatsuki s’est effondré sous un glissement de terrain, je te rappelle. Et Orochimaru a été tué par Kabuto. Quelle était sa destination, Sakura? »

D’interminables instants s’écoulèrent. La kunoichi restait obstinément silencieuse.

« Je ne peux rien dire. J’ai fait le serment de ne rien révéler. »

« Parle. Ou tu seras inculpée pour complicité de meurtre. »

Cette phrase arracha un cri de surprise de la bouche de Sakura.

« Meurtre? Sasuke n’a jamais... »

« Comment peux-tu en être sûre? » Naruto arqua un sourcil.

« Oh, je t’en prie, Naruto! Pourquoi aurait-il tué qui que ce soit? »

« J’ai envoyé des ninjas à ses trousses. S’il ne peut expliquer sa fuite, il sera reconnu coupable du meurtre de 13 ANBUS. On ne connait pas son motif mais en étudiant son cas plus en profondeur, on ne tardera pas à lui en trouver un. »

« C’est insensé! »

De sa poche, Rokudaime tendit un mince dossier à Sakura.

« Des corps carbonisé par des jutsus de type Feu, des cadavres transpercés par un sabre, une rapidité d’exécution effrayante, aucun alibi et comportement très étrange. »

« Mais vous n’avez pas retrouvé des brins de ses cheveux, pas de traces de doigts, pas d’empreintes de semelles, ni même l’arme du crime! Toutes vos accusations sont fondées sur des hypothèses! » s’écria-t-elle en déposant le dossier sur ses genoux. « Et le corps de mon fils dans tout ça? »

« Nous ne savons pas si ces deux affaires ont un lien. Mais les jutsus spatio-temporels... ça te dit quelque chose? »

« Tu ne comprends pas. Sasuke n’a... »

« Qui d’autre? Voilà la question que tu devrais te poser. » l’interrompit Naruto.

Sur ces mots, l’Hokage se leva et quitta le chevet d’une Sakura impassible.

***

Les vérités qu'on aime le moins à apprendre sont celles que l'on a le plus d'intérêt à savoir.

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:54 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 6: Interlude


Dans un humble hotel de deux étages, au bord d<une route très peu empruntée, un étranger avait demandé une chambre. La vieille dame, propriétaire de l'endroit, accepta d'héberger l'inconnu, le premier client qu'elle avait reçu depuis des mois. L'homme lui rappellait vaguement d'une silhouette qu'elle avait aperçu une dizaine d'années auparavant. Mais à son âge avancé, la dame ne put se souvenir de son nom.

L'individu lui avait donné une importante somme d'argent. C'était sûrement un ninja. Pourtant, s'il en était un, il ne portait pas son bandeau. Un riche, et jeune, héritier ou un homme d'affaire peut-être... Et si c'était un criminel? Il recevait d'étranges coups de fil, ne sortait presque pas de sa chambre et parlait très peu. L'homme devait avoir la vingtaine. Il lui avait donné son nom. Toutefois, la vieille dame n'était pas sotte. Il s'était inventé un nom, elle le savait. Il ne s'appellait sûrement pas Atsukyu Hiwo.

Son minuscule hôtel au bord d'une route abandonnée de Iwa no Kuni...

La dame était originaire d'un petit village au nord du Pays de la Roche. Son fils avait quitté la maison il y a d'innombrables années et elle restait sans nouvelles de lui. Des individus au manteau noir brodé de rouge et au chapeau de paille l'avaient guidé hors du village en lui promettant pouvoir et richesse. Oh, son fils lui manquait.

Ce cher Deidara.

Et sa fille, la soeur cadette de ce fils disparu, était partie avec un autre de ces individus à la cape noire, quelques temps après son frère ainé...

***

« Maman. Je pars. »

La jeune femme de 18 ans portait sur son dos un petit sac. Ses longs cheveux noirs comme la cendre cascadaient librement sur le petit sac de tissu. Son oeil bleu exprimait la tristesse de devoir partir tandis que son oeil vert trépignait d'impatience à l'idée des nouvelles aventures qu'elle allait vivre. Avec son amant.

« Je pars en direction du Pays des Étoiles avec l'homme de ma vie. » reprit-elle.

L'assiette dans les mains de la mère glissa et explosa sur le sol avec un fracas.

« ... »

« Contrairement à Deidara, je n'y vais pas en quête de puissance ou de fortune. J'y vais pour m'établir là-bas et fonder une famille. »

La mère baissa les yeux.

« Mais... j'ai besoin de toi ici, à l'auberge. J'ai besoin de toi pour prendre soin de moi lorsque mes vieux jours seront comptés. Tu dois rester. »

Elle eut un mince sourire. « Je reviendrai te voir dans un an, c'est une promesse. À chaque année, je viendrai te rendre visite. Et si tu as besoin de quoi que ce soit, attache un message à la patte de Mei et laisse-la s'envoler vers moi. Je reviendrai. Promis, maman. »

« Qui est -- »

La jeune fille n'était plus là.

« -- ton fiancé? »

La dame se précipita à la fenêtre. Dans la tiédeur de la nuit, deux silhouettes arpentaient les rues. Elle reconnut, aux côtés de sa fille, un étranger au manteau noir et rouge qui la dépassait d'une tête. Le couple s'éloigna, main dans la main quand l'étranger la prit subitement dans ses bras et se volatilisa. La mère comprit alors que l'amant de sa fille était un des ninjas qui lui avaient enlevés son fils.

***

Ce nuage rouge, brodé sur une cape noire, était devenu son pire ennemi. Depuis 10 ans, la vieille dame le traquait partout, en l'espoir de retrouver ses enfants chéris. En vain.

« Baa-san. Le déjeuner est-il prêt? »

D'un mouvement sec, elle tourna le cou vers l'escalier. Habillé d'un kimono blanc, entouré à la taille d'une épaisse corde mauve, Atsukyu Hiwo descendait les marches une à une, d'une lenteur exagérée.

« Oui. Il est sur la table, Atsukyu-san. Dans la pièce voisine. »

« Merci, baa-san. »

Sa fille n'avait donné signe de vie depuis ces dix dernières années. Elle aurait 28 ans dans 2 mois. Du moins, si elle était toujours vivante alors que des sources fiables l'informaient que son fils avait péri dans une énorme explosion.

« Perdues dans vos pensées, baa-san? »

Hiwo s'était arrêté dans l'embrasure de la porte.

« ... Oui. »

« Si ce n'est indiscret, à quoi pensiez-vous? »

L'hôtesse le dévisagea.

« À ma fille et mon fils. »

Hiwo hocha la tête.

« Ils se portent bien? »

« ... Mon fils a péri, ma fille est portée disparue. Si le Paradis existe quelque part alors oui, ils vont bien. »

« Ah. » dit l'invité d'une voix impassible. « Vous aussi, vous avez perdu un enfant... »

Ses dernières paroles n'étaient plus qu'un chuchotement imperceptible.

« Um? Qu'avez-vous dit? »

« Rien. La vie n'a pas été clémente avec vous. »

« ... Dites-moi, savez-vous quelque chose sur l'organisation Akatsuki? »

Hiwo tressaillit lorsque la dame prononça le dernier mot. Son hotesse bondit sur l'occasion.

« Que savez-vous sur eux? »

« ... Je regrette, baa-san. Tout ce que je sais, c'est qu'un glissement de terrain a enseveli leur repaire. Ils sont sans doute tous morts. »

La vielle dame soupira.

« Bien. Allez donc manger, Atsukyu-san. Avant que tout refroidisse. »

***

Les absences de son client se faisaient de plus en plus féquentes. Si bien que souvent, elle ne le voyait de la journée et il ne rentrait qu'aux petites heures du matins avant de repartir très tôt. En l'épiant un matin, la vieille dame réalisa qu'il se dirigeait encore et toujours vers la dense forêt, de l'autre bord de la route. Une des rares forêts du pays de la Roche. Mais qu'est-ce qu'il pouvait bien y faire?

Au bout d'un mois, l'hôtesse perdit patience. Défiant les lois du droit à l'intimité, elle fouilla dans la chambre de son client pendant que celui-ci vaquait à ses occupations suspectes.

Elle y trouva une valise remplie de vêtements, une besace remplie d'argent et une autre qui contenait un peigne pour se coiffer, une brosse à dent et un savon.

Alors qu'elle décida d'abandonner, la vieille dame se laissa tomber sur le lit d'Hiwo en soupirant de lassitude. Elle sentit une bosse sous le matelas de plumes. En le soulevant, un coffre de cuir apparut. La propriétaire 'en empara et l'ouvrit avec empressement.

Des armes. Elle les connaissaient bien ces armes puisque son regretté mari était autrefois un ninja. Des shurikens et des kunais ainsi qu'un Fuuma Shuriken, enveloppé dans du velours noir. Du fil de fer enroulé autour d'un socle de métal. Mais ce qui la troubla, c'est une photo cadrée d'un enfant d'environ une dizaine d'années, qui ressemblait énormément à son client, son fils sans doute. Puis, bien caché au fond de la valise, un mince cahier. En fait, c'était des feuilles bien blanches qu'une reliure noire tenait en place... Elle l'ouvrit. Un odeur de brulé lui souffla immédiatement au visage.



DOSSIER UCHIWA KAÏ



Au cours de la mission # 74392 classée comme étant de rang C (Escorte d'un architecte jusqu'à Iwa no Kuni) confiée à l'équipe 3 (composée d'Inuzuka Kisa, Genin, Uchiwa Kaï, Genin, et Uzumaki Meihru, Genin; dirigée par la Jounin Hyuga Hanabi), les quatres shinobis furent attaqués par un nombre inconnu de ninja inidentifiés d'origine d'Iwa no Kuni. Les trois Genins périrent. Hyuga Hanabi fut grièvement blessée et se dépêcha d'alerter les vigiles de Konoha par signalement de fumée. On dépêcha 13 ANBUS sur les lieux pour repêcher les corps et transporter Hyuga Hanabi d'urgence à l'hopital de Konoha. Aucun rapport de mission ne fut recueilli ou enregistré. Seulement quelques photos furent déposées dans les archives. Aucune trace d'odeur ne put être identifiée; une averse a effacé les pistes peut après le massacre. Hyuga Hanabi fut victime d'un grand choc émotionel et fut incapable de relater l'affaire. La piste se refroidit et on abandonna la recherche.


Uchiwa Sasuke (voir dossiers Orochimaru, Sharingan, Clan Uchiwa) visita Hyuga Hanabi à l'hôpital de Konoha alors que Hyuga Hinata (voir Byakugan, Clan Hyuga) était à son chevet. Apparamment, Uchiwa Sasuke était venu recueuillir des informations sur les assaillants de la bouche d'Hyuga Hanabi, en activant son Sharingan pour quelques instants, comme une menace subtile. Selon les dires d'Hyuga Hinata et la caméra de surveillance, Hyuga Hanabi ouvrait la bouche lorsque la porte de l'hôpital fut détruite par Rokudaime Hokage Uzumaki Naruto qui cherchait Uchiwa Sasuke pour l'informer d'une nouvelle importante. L'enterrement des 3 jeunes enfants aura lieu dans 28 jours. Uchiwa Sasuke hésite puis pose une question à Rokudaime Hokage Uzumaki Naruto portant sur le sujet de la mort d'Uzumaki Meihru. Uchiwa Sasuke lui reprochait d'être insensible à la mort de sa fille ainée. Uzumaki Naruto lui révèle le secret du sceau de Kyubi défectueux (voir Sceau, Kyubi). Uchiwa Sasuke comprend et accepte d'être présent à l'enterrement avant de quitter la pièce.



La vieille dame parcourut rapidement les pages qui suivaient. Elles ne lui était d'aucune utilité puisque ces pages rassemblaient les événements de l'enterrement puis des supposés coincidences.

Jusqu'à ce qu'elle fit la rencontre d'un titre de paragraphe inquiétant ...



MEURTRE D'ANBUS


Au cours de la nuit du 46e jour de l'équinoxe du printemps, treize membres des services spéciaux ont été assassinés. Ces treizes shinobis avaient tous participés aux rapatriement des corps d'Inuzuka Kisa, Uchiwa Kaï et Uzumaki Meihru ainsi qu'au sauvetage de Hyuga Hanabi.

On écarte toute possibilité de coincidence, même dans le cas d'un tueur en série fou, puisqu'ils habitaient tous des quartiers différents. De plus, les causes de la mort étaient toutes semblables. Les cadavres étaient carbonisés, transpercés au niveau de la poitrine ou entre les omoplates.

Les experts en autopsie de Konoha conclurent, par la forme de la blessure mortelle à la poitrine, que l'arme du crime était une lame de 5,4 cm de largueur et de 0,8 mm d'épaisseur. Ils nous apprirent aussi qu'un jutsu de type Feu, toujours inconnu, était à l'origine des corps consumés. Ci-dessus, une liste des victimes.


Ageru Gokai
Byakka Daisuki
Fyuuko Tsakeri
Hagane Kotetsu
Honogaki Aya
Kamizuki Izumo
Kikino Jinn
Kowami Maï
Ikeri Keiko
Namiashi Raido
Shiranui Genma
Tsuyaki Hana
Yamashiro Aoba



Cette liste précédait un plan de Konoha parsemé de croix rouges qui indiquaient les endroits où les corps avaient été retrouvés puis un dessin de l'anatomie humaine où une petite croix placait la blessure mortelle. Ensuite, on faisait la liste de tout les ninja de type Feu de Konoha et s'ensuivait finalement une page d'indices, d'hypothèses et de l'ordre chronologique des évènements avant, pendant et après les meurtres.

Le nom d'un certain Uchiwa Sasuke était au sommet de la liste des suspects. Apparemment, non seulement était-il de type Feu et possédait un sabre de la même proportion que les blessures mais il n'avait aucun alibi pour le soir fatal.



Le matin du 4e jour du solstice d'été, la barrière de genjutsu qui encerclait la demeure d'Uchiwa tomba. Uchiwa s'était enfui et avait laissé sa femme dans le coma en utilisant son dojutsu, le Sharingan, sur elle. Selon l'inspection de son armoire, du fil de fer, des kunais, des shurikens ainsi que son Fuuma Shuriken et son katana manquaient à l'appel. Aucun signe de violence; les meubles étaient bien à leur place, le tapis était immaculé et les fenêtres étaient intactes. Uchiwa a sans doute utilisé un jutsu spatio-temporel, comme le même type de jutsu concerné dans le vol de cadavre d'Uchiwa Kaï et la combustion de la photo-archive.

Au moment où ces lignes sont écrites, Rokudaime Hokage a envoyé 4 membres des services spéciaux pour retrouver Uchiwa. Au moment où ces lignes sont écrites, ils ne l'ont toujours pas repéré. Au moment où ces lignes sont écrites, Uchiwa Sakura s'est réveillée de son coma mais refuse de parler. Au moment où ces lignes sont écrites, Uchiwa court toujours.



Afin de clore le document, on fournissait la description physique de cet Uchiwa Sasuke et un photo.

La vieille dame eut la sensation qu'on lui enfoncait un pieu dans la poitrine. Elle reconnaissait cet homme. C'était Atsukyu Hiwo.

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:56 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 7: Réapparition


Sasuke décida de rentrer plus tôt que d’habitude, cette nuit là. La lune était haute dans le ciel. Il se demanda si Sakura, à des kilomètres, regardait aussi la lune, à ce moment précis. Sasuke se leva de la souche où il s’était assis en poussant un profond soupir. Les jours passaient. Le temps manquait.

Il composa les signes nécessaires à la réalisation de son jutsu spatio-temporel. La vieille dame commençait à soupconner quelque chose. Il lui fallait être plus discret.

Son jutsu s’était amorcé. Le décor de sa chambre se forma graduellement devant ses yeux.

Tout avait été jeté sur le sol, repoussé, éventré. Paniqué, il déchiqueta son matelas, espérant trouver la miniscule boîte de cuir. Elle n’y était pas.

***

C’est dans les petits flacons que l’on met les eaux les plus précieuse.

***

À pas feutrés, il s’approcha de la chambre de son hôtesse. De la lumière fuyait de la fente sous sa porte. Elle était encore éveillée. Sasuke cogna quelques coups furtifs. On lui ouvrit après quelques instants.

« Je ne vous ai pas vu entrer. » déclara-t-elle d’une voix cassante.

« Je n’ai pas emprunté la porte. »

« Un ninja ne se rabaisserait pas à passer par la porte, n’est-ce pas? »

Il ne fut nullement surpris. Si elle possédait le coffre, inutile de lui mentir.

« Effectivement. »

« De quel village venez-vous, Atsukyu-san? Ou plutôt... Uchiha-san. »

« Konoha. » répondit-il avec détachement.

« J’imagine que vous possédez le Sharingan, ce dojutsu légendaire qui figure dans les mythes les plus fantastiques. »

« En effet. »

La vieille femme fronça les sourcils.

« J’ai votre coffre. »

« Je sais. »

L’hotesse lui tourna le dos. Elle se dirigea vers son lit et se pencha.

Cette vieille dame en sait maintenant trop... Devrais-je la tuer?

Elle tira une boîte de cuir hors de l’ombre et la tendit à Sasuke.

« Vous pouvez la prendre. J’ai appris tout ce qu’il y avait à savoir. »

Il s’en empara avec précipitation et l’ouvrit pour vérifier que tout était encore là. En désordre, certes, mais la vieille dame n’avait rien pris.

« Comment avez-vous obtenu ce dossier? » La vieille femme évita son regard et se retourna vers la fenêtre. Sasuke ne voyait plus que son dos.

« J’ai des... contacts. Oui, c’est cela. J’ai des contacts. »

« Vous cherchez votre fils dans cette forêt, non? »

« Bien entendu. » Sasuke leva les yeux au ciel. « C’est bientôt fini, cet interrogatoire? »

« Vous devriez songer à abandonner. » La vieille femme l’ignora.

« Pourquoi? »

« ... » Les épaules de l’hotesse remuèrent légèrement. Riait-elle? Pleurait-elle?

« Souvenez-vous, Uchiha-san. L’interrogatoire est fini. »

La vieille dame se retourna avec une vitesse incroyable et lança une salve de kunaï en direction de Sasuke. Celui-ci les évita avec facilité. Tous sauf un, qui érafla son épaule.

Il lança une regard confus à l’hôtesse.

Tout confusion disparut lorsqu’il reconnut l’ANBU de Konoha qui se tenait devant lui.

« Où est la dame? Tayuki. » demanda-il sèchement.

« ... Kyo l’a neutralisé temporairement. Elle n’est pas en danger. »

L’ANBU tira un des deux longs parchemins attachés sur son dos.

« Mais vous... toi, par exemple, tu es en grand danger, Uchiwa. »

Tayuki invoqua une dizaine d’armes, plus mortelles les unes des autres, et les précipita sur Sasuke. L’Uchiwa effectua rapidement un Kawarimi en activant son Sharingan.

C’est son dojutsu qui lui permetta d’éviter la paume chargée de chakra de Kyo, qui apparut derrière lui. Un fourmillement se fit sentit sur son avant-bras. Moku avait envoyé ses insectes.

Sasuke effectua un Chidori Nagashi. L’électricité parcourut son corps, chassant les insectes et assommant Kanshin qui s’apprêtait à le défoncer d’un Gatsuuga. Il rassembla les armes que contenait le coffre de cuir et les fourra dans les poches de son short avant de défoncer la fenêtre. Les 4 ANBU le suivèrent à l’extérieur. L’air frais de la nuit provoquait un nuage de vapeur à chacun de leurs souffles.

Sasuke fut bientôt encerclé par les 4 shinobis qui le menacaient. L’ANBU au masque d’oiseau rouge, Kyo/Neji, avait sans aucun doute activé son Byakugan et avait adopté la position du Jyûken. Le shinobi au masque de chien rouge, Kanshin/Kiba, avait invoqué Akamaru, toutes dents dehors. La kunoichi au masque de panda bleu, Tayuki/Tenten, brandissait un bâton de bois surmonté d’un faucille à chaque extrémité. Le ninja au masque de sauterelle bleu, Moku/Shino, avait les bras recouverts de masses noires.

« Lorsque vous êtes en situation de combat contre un utilisateur de Sharingan, si c’est du un contre un : fuyez. Si c’est du deux contre un, attaquez le par derrière. » déclara Kyo.

« Dans ce cas-ci, c’est du quatre contre un. Tu n’as aucune chance. » railla Kanshin.

« Nous t’offrons deux possibilités, Uchiwa Sasuke. Soit tu nous obéis, tu te fais gentiment ligoter et tu expliques tout. Soit tu te rebelles et nous devrions te traîner par les pieds jusqu’à Konoha où tu seras jugé pour tes actes. » ajouta Moku.

« Tu ne te sauveras pas du jugement, Uchiwa. Une fois, c’était déjà bien trop. »

Tayuki continua sa phrase tout en chargeant vers Sasuke, abattant son bâton-faucille sur l’Uchiwa.

« Il faut seulement l’assommer. Notre mission n’est pas de le tuer, Ten... Tayuki. »

« Ce serait plus simple ainsi... Tant pis. »

Elle fit disparaître son arme et la ramplaça par un simple bâton de bois.

« Content? » lança-t-elle à Moku.

Celui-ci hocha la tête un bref moment avant de précipiter ses insectes vers Sasuke qui en avait plein les bras en essayant d’éviter le Jyûken de Kyo ou encore les crocs de Kanshin et Akamaru qui avaient procédé à la technique de l’homme-bête.

***

Ce qui nous tue pas nous rend plus fort

***

Le combat s’éternisait. Uchiwa résistait trop bien. Mais il finirait par s’épuiser. Le combat s’était éloigné de l’hôtel. Ils se battaient maintenant dans la forêt.

Sasuke dut utiliser le Chidori Nagashi à plusieurs reprises pour se débarrasser des « amis » de Shino qui avaient grimpé sur son corps. Heureusement, contrairement au Chidori original, il ne possédait pas de limite pour ce jutsu.

L’Uchiwa avait appris à maitriser le renouvellement de chakra mais bientôt, il ne put se regénérer. Kyo avait bloqué plusieurs des jonctions de flux de chakra, dont un principal qui alimentait son bras gauche.

Sous une pluie de coups, gracieuseté de Tayuki, il dut se replier. Derrière, les insectes de Moku l’attendaient. Les ANBUS formaient une fois de plus une barrière autour de lui.

« Abandonne. Cette plaisanterie a assez duré, nous te ramenons à Konoha. » Kyo avança d’un pas.

« En êtes-vous seulement capable? » les provoqua Sasuke. « Je ne partirai pas d’ici. »

Et les attaques reprirent de plus belle. Les quatres ninja de l’élite avait clairement le dessus. Ils ne tardèrent pas à acculer Sasuke contre un tronc massif et le ligotèrent à l’arbre.

***

Une armée de mille hommes ne vaux rien sans de l'acier entre leur mains.

***

Les ANBUS se relayaient pour monter la garde alors que les trois autres dormaient. L’horizon se zébrait d’orangé lorsque Kanshin, assis devant un feu, entendit un craquement de branches et un froissement de feuilles.

Il bondit sur ses pieds et dédaigna son katana. Le bruit se répéta, semblant se rapprocher de plus en plus. Sasuke fut réveillé par ce bruit. Tayuki, Kyo et Moku dormaient comme des souches.

Rapidement, Kanshin identifia l’odeur de la « chose » qui approchait. Cette chose puait la boue à plein nez mais il put discerner une faible odeur humaine. Ses muscles se crispèrent d’avantage. Était-ce un des même ninjas qui avaient attaqué l’équipe d’Hanabi?

Iwa affirmait qu’elle n’avait envoyé aucun ninja dans les environs. Bizarre, quand on y repense...

Kanshin se concentra sur l’odeur. À gauche!

Il fonça sur la silhouette qui émergait des arbustes.

***

Qui donne ne doit jamais s'en souvenir, qui reçoit ne doit jamais l'oublier.

***

Kanshin put arrêter son geste juste à temps. Des yeux rouges le fixait avec terreur. Une silhouette frêle, qui lui arrivait à la taille. Cette petite tête noire, aux cheveux sauvages. L’ANBU écartilla ses yeux de surprise. Impossible. Dans son dos, Sasuke lui hurla un ordre.

« DÉTACHE-MOI, KIBA! »

Impossible. Mais les faits étaient pourtant là. Tel un revenant, les yeux vitreux du gamin se posèrent sur Sasuke. Le visage du garçonnet s’illumina.

On lui avait fourni la photo avant qu’ils ne partent, Tayuki, Kyo, Moku et lui. Cette apparition et la photo se ressemblait comme deux gouttes d’eau.

« Papa! » jubila le petit homme de la forêt en se précipitant vers Sasuke.

La photo du fils présumé mort. Uchiwa Kaï, bien vivant, se tenait devant un Kanshin bien abasourdi.

***

Lorsqu’un enfant s’en va, on appelle cela une fugue. Lorsqu’un adulte abandonne lâchement ses responsabilités, on appelle cela « partir ».

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:57 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 8: Incrédulité


Uchiwa Kaï, bien vivant, se tenait devant un Kanshin bien abasourdi.

***

Au petit matin, les trois autres ANBUS émergaient de leur sommeil, étonnés de voir une petite silhouette endormie aux côtés de Sasuke, que Kanshin avait détaché. Il fallait immédiatement prévenir l’Hokage.

Et mettre plusieurs choses au clair avec ce gamin.

Un large sourire illuminait le visage de Sasuke. Après avoir lavé Kaï dans le ruisseau, situé à proximité, Kanshin s’assura que c’était bien le fils de Sasuke. Il compara l’odeur d’un vêtement ayant appartenu à Kaï et l’odeur du gosse.

Une minuscule différence. Le morceau de tissu avait une odeur plus salée que celle du gamin.

Le petit garçon ressemblait à Uchiwa Kaï. Il sentait à peu près comme Uchiwa Kaï. Il se comportait comme Uchiwa Kaï.

Il ne pouvait qu’être Kaï. C’était logique, non?

Mais Kanshin ne cessait de repenser à l’odeur plus salée du vêtement. Les humains ne changeait d’odeur qu’au passage de la puberté. Pas avant, pas après. Kaï n’avait que 10 ans. L’ANBU au masque de chien ne laissa pas paraître son anxiété, préférant en parler, dès son retour, à Kakashi. Celui-ci identifierait sans doute le problème.

Kyo, lui aussi, fut longtemps tourmenté. En activant son Byakugan lors d’une partie de chasse, le soir même, il avait perçu un contour embrouillé. Trop petit pour être un ours, trop gros pour être un faon. De plus, la figure était parcouru de fils de chakra qu’il ne discernait pas bien. Immobile, la silhouette dut remarquer qu’elle avait été découverte car elle se volatilisa soudainement du champ de vision de Kyo.

Et les insectes que Moku envoyait patrouiller la forêt ne revenaient jamais.

Pendant que les ANBUS avaient la tête perdue dans leurs problèmes, Sasuke se réjouissait du retour de son héritier. Savourant chaque instant avec son fils, Uchiwa le père fut surpris, alors qu’il tentait de lui enseigner une variante de Ryouka no Jutsu, que Kaï ait activé son Sharingan.

Les derniers mois avaient été éprouvant pour le gamin. Sasuke se demandait même comment il aurait pu survivre. Aucune importance. Son fils était là. Le monde autour n’avait plus d’importance. Sasuke se promit de se rapprocher du gamin, lui qui avait été un père si lointain...

Kaï dormait encore.

Il fallait rentrer immédiatement à Konoha. Sakura serait si heureuse de...

Le regard de Sasuke se posa sur le dos de Kyo, qui scrutait attentivement les alentours.

Sakura peut attendre. La première chose qu’il lui fallait faire en remettant les pieds à Konoha, c’est s’expliquer auprès de Naruto.

En fait... Tout n’était pas si compliqué. Kaï était encore vivant donc son corps n’avait jamais pu être scellé dans le cerceuil. Si son cadavre n’était pas dans le cerceuil, il était logique que celui-ci fut vide. Hanabi s’était sûrement heurté le front contre la tête de son lit ou sur un cadre de porte. La photographie archivée était sans doute simplement de mauvaise qualité... Après tout, Naruto avait avoué ne pas l’avoir vue autrement que complètement noire.

Tout s’expliquait... N’est-ce pas?

Restait les 13 meurtres... Si seulement il pouvait trouver quelqu’un d’autre à accuser... Mais non! Il n’avait pas à faire cela. S’il révélait tout à Naruto, il n’avait plus besoin de garder les préparatifs de sa « mission » secrèts. Sakura pourra témoigner! Et les caméras de surveillances de sa maison aussi. Il aurait ainsi un alibi de béton. Au lieu de chercher à l’inculper, les autorités allaient tenter de retrouver le vrai coupable.

Un immense sentiment de soulagement envahit Sasuke. Il n’avait plus rien à cacher. Son fils était revenu...

***

La seule chose dont on est sûr concernant l'avenir,c'est qu'il n'est jamais conforme à nos prévisions.

***

« Tu ne te rappelles pas de ton nom? »

Tayuki se pencha sur le gamin. Son masque cachait une expression agacée.

« Tu ne te rappelles pas de ce qui est arrivé à tes conpagnons? »

Kyo alimentait le feu, un peu plus loin. La tournure que prenait les évènements était assez intéressante. Sasuke leur avait tout raconté plus tôt dans la soirée. Il ne restait qu’à trouver quelqu’un pour appuyer ses dires.

« Tu ne te rappelles plus de ce que tu as fait pendant ces derniers mois? »

Kanshin dépecait un lapin fraîchement tué. Il écoutait d’une oreille distraite.

« Tu ne te rappelles plus de ta vie sociale antérieure? »

Moku envoyait ses insectes patrouiller la forêt. Ses pupilles se déplaçaient quelques fois vers la gauche pour observer l’interrogatoire que Tayuki menait sur le jeune garçon qui secouait la tête.

« Non, madame. »

La kunoichi soupira en s’agenouillant devant Kaï.

« Ton nom est Uchiwa Kaï. » lui dit-elle en détachant chaque syllable de sa phrase.

Le gamin hocha vivement la tête. À ses côtés, Sasuke lançait des regards nerveux à son fils.

« Tu es le fils d’Uchiwa Sasuke... » Elle désigna l’homme derrière elle. « Et d’Uchiwa Sakura. »

Tayuki brandit une photo de la med-nin et la mit sous les yeux du gamin qui acquiesa.

« Tes amis sont Nara Riku, Akimichi Hagane, Hyuga Yuu, et Aburame Reya. Tes deux meilleurs amis sont morts en mission. Il s’agit d’Inuzuka Kisa et Uzumaki Meihru. »

Kaï fronça les sourcils.

« Tu es enfant unique. Ton senseï est la Jounin Hyuga Hanabi. Tu es Genin, ninja de niveau débutant. »

Tayuki consulta Sasuke du regard. La bouche d’Uchiwa père tiqua légèrement alors qu’il s’éloignait.

« Ton oncle est Uchiwa Itachi, nin-déserteur de rang S, qui a décimé tout le clan, il y a 17 ans. Il a périt dans un éboulement de terrain, il y a un an. »

Kaï buvait les paroles de la kunoichi, la tête penché vers l’avant, les yeux grands ouverts.

« Itachi... » répéta le gamin. Puis il secoua le menton, émergeant de sa transe.

Ainsi, Tayuki lui décrit sa vie jusqu’à ce que le gamin tombe dans les bras de Morphée.

***

C'est une perte de temps de rattraper le temps perdu

***

« Maman? » demanda Kaï après un moment d’hésitation.

Sakura, les yeux écartillés, tâta la joue du gamin, comme si elle avait voulu vérifier que Kaï n’était pas une illusion. Combien de fois avait-elle rêvé de son retour? Qu’il était encore vivant? La kunoichi ne voulait plus se faire de faux espoirs.

Les doigts de Sakura entrèrent en contact avec la peau glacée de son fils. Et l’image ne s’embrouilla pas. Elle ouvrit la bouche pour crier mais aucun son ne s’échappa de sa gorge. Sakura se contenta d’étouffer Kaï sous son étreinte.

***

La mort est une état de non existance. Ce qui n'est pas, n'existe pas donc la mort n'existe pas...

***

« Kaï-chan est revenu? »

Aburame Reya, habituellement tactiturne, devint soudainement très expressive. Contrairement à son père, elle ne portait pas de lunettes noires mais avait hérité de son style « col montant ». Le collet de son chandail cachait la partie inférieure de son visage jusque sous son nez. Ses longs cheveux noirs, qui tombaient en douces boucles dans son dos, encadraient un visage pâle comme neige. Sa mère, une ninja de Kiri décédée qu’elle n’avait pas connue, lui avait légué ses yeux gris limpides. Comme son père, elle contrôlait les insectes qui peuplaient son corps.

« Il est vraiment revenu? » répéta-t-elle.

Shino hocha la tête. Sa fille lui sauta au cou.

« J’arrive pas à le croire! Kaï est revenu! »

Son père poussait un soupir légèrement exaspéré. Il ne savait pas quoi faire avec les « crises » de joie de Reya. La gamine se détacha de son père et se précipita vers la porte.

« Je dois l’annoncer à Yuu-chan! » s’extasia-t-elle.

Et la porte claqua sur un Shino bien soulagé que cette tornade d’euphorie s’était éloignée...

Reya couru le long de la rue pour tourner à droite lorsque la route se terminait. Elle frappa avec empressement à la porte des Hyuga. Ce fut Neji qui répondit, après avoir lâché un baillement qui semblait lui décrocher la machoire.

« Oui? »

« Ohayo, Neji-sensei. Yuu-chan est réveillée? »

La petite débordait d’énergie, chose qu’il n’avait jamais vu chez le clan Aburame, tous membres confondus.

« Que fais-tu debout, si tôt le matin? Le soleil est à peine levé. » demanda Neji en jetant un coup d’oeil dehors.

« J’ai une nouvelle très importante dont je dois absoluement informer Yuu-chan! »

« Elle ne s’est pas réveillée mais j’imagine que tu vas le faire... »

En arquant un sourcil, le maître de la maison s’écarta de la porte pour laisser entrer Reya. Celle-ci passa en coup de vent devant Neji, en marmonnant des mots de remerciment et grimpa les escaliers en un temps record. Du vestibule, l’Hyuga l’entendit crier...

« YUU-CHAN! DEVINE QUOI! »

Le reste de la conversation se fit plus calmement, heureusement pour Neji, Tenten et les autres enfants de la famille qui espéraient dormir quelques heures de plus avant de commencer la journée.

« Heiiin... » grogna Yuu d’une voix endormie.

La jeune Hyuga avait les cheveux bruns mi-longs, désordonnés à ce moment de la journée. Son oeil gauche était blanc, celui qui activait le Byakugan, mais son oeil droit était marron... et normal. Elle se frotta les yeux.

« Reya? Qu’est-ce que tu fais ici? » Yuu regarda son cadran. « À 4 heures 47 du matin?! »

« C’est très important, je t’assure! »

Le ton enjoué de son amie attira l’attention de Yuu.

« Quoi? »

« Kaï-chan est revenu! »

La Hyuga poussa un profond soupir.

« Je croyais que ta thérapie avait fonctionné... Reya. Kaï est mort. Il ne reviendra jamais. » dit-elle d’un ton morne. Ses yeux, pourtant si différents, se voilèrent tout deux de tristesse.

« Non, non! Mon père me l’a dit! » Reya bondit sur le lit. « Hier soir, son père est revenu au village avec Kaï sur le dos! »

La bouche de Yuu s’ouvrit et se referma. La gamine tentait de dire quelque chose mais se désistait à la dernière seconde.

« C-comment? » finit-elle par articuler.

« Je t’assure! Tou-san m’a aussi dit qu’il est présentement à l’hôpital et qu’on pourrait aller le voir cet après-midi! On va prévenir Riku et Hagane! Et tous les autres aussi! Tsuki-chan, Nade-chan, Kôga-kun, Jinn-chan, Naoka-chan, Somi-kun, Daiku-kun, Kazuki-kun... »

« Impo... Impossible! »

« Pourtant, si! Kaï est revenu! »

***

Si l'on construisait la maison du bonheur, la plus grande pièce serait la salle d'attente.

***
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:58 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 9: Retour à la normale... Ou presque.


« Pourtant, si! Kaï est revenu! »

***

Des protestements s’élevèrent dans les rues de Konoha. Un quatuor dévastait tout sur son passage. Chariots remplis de melons, stand de viande... Tout fut renversé. Les marchands exprimèrent leur mécontentement en insultant ceux qui avaient jeté sur le sol leur précieux gagne-pain.

Cela ne ralentissait point les quatres gamins en route vers l’hôpital, Aburame Reya en tête. Elle était accompagnée de Hyuga Yuu mais aussi de Nara Riku et d’Akimichi Hagane.

Ils entrèrent en trombe dans le hall et se précipitèrent vers la réceptionniste.

« Uchiwa Kaï. » lui souffla Reya.

La dame ne remarqua pas leurs visages angoissés et prit son temps. Si bien que Riku commençait à perdre espoir.

« C’était juste un mensonge, hein Reya? Baka! Il n’est pas vraiment revenu, je le savais! Kaï est -- »

« Cinquième étage, chambre D-48. Ne le dérangez pas trop longtemps. » l’interrompit la receptionniste.

Les yeux de Reya s’illuminèrent et elle s’engouffra dans l’interminable couloir. Ils montèrent les marches quatre à quatre, coururent le long du corridor pour arriver devant un panneau indiquant D-48. La porte coulissa et ils réalisèrent que quelqu’un était déjà au chevet du jeune Uchiwa.

« Ohayo, Sasuke-sempai. »

D’un seul geste, les quatres Genins s’inclinèrent puis se retournèrent vers leur ami.

Kaï ne semblait pas souffrir ou s’il avait mal, il le cachait bien. Il ne portait aucun bandage, n’était pas nourri par intraveineuse...

« Je suis en observation. » Kaï répondit à leur question silencieuse.

« Je le ferais sortir dans quelques jours. » affirma Sasuke.

S’ensuivit d’un long silence.

« Kaï... Comment as-tu pu survivre? » Riku s’avança.

Le patient haussa les épaules.

« Je ne me rappelle plus. Je n’ai plus aucun souvenir. » Il leva ses yeux vitreux sur les trois autres.

Lentement, il tendit la main et les nommèrent en pointant chacun du doigt.

« Yuu, Hagane, Riku... »

Puis il fronça les sourcils et plissa les yeux. Son bras restait en suspension dans l’air.

« Hm... Re... Reika? » essaya-t-il, en se souvenant d’un nom populaire pour les petites filles. En voyant la mine déconfite de la jeune brune, il sut qu’il s’était trompé.

« Reya. » le corrigea-t-elle.

Un autre silence s’installa. Celui-ci était plutôt gené. Une infirmière le rompit en entrant dans la pièce.

« Je vous prie de tous sortir. C’est l’heure du test d’ADN de M.Uchiwa Kaï. »

« ADN?! » protesta Sasuke.

« Oui. Exigé par l’Hokage lui-même. »

***

La meilleure façon d'imposer son idée aux autres,c'est de leur faire croire qu'elle vient d'eux.

***

« Un test d’ADN?! »

Sasuke plaqua ses mains sur le bureau de Naruto.

« C’est arrivé par le passé qu’un ninja disparu revienne. Mais dans la plupart des cas, on s’est aperçut que ce n’était qu’un sosie, envoyé par un autre Village pour infilter Konoha. Maintenant que nous avons des moyens technologiques sans failles, nous pouvons éviter ces situations. L’ADN ne ment pas. »

L’Uchiha soupira en enlevant ses mains du bureau.

« Bien. Mais si le test est bien positif... »

« Tu pourras crâner autant que tu veux. »

« Hn. »

Satisfait, Sasuke se volatilisa.

***

L'espoir fait vivre ... mais ceux qui vivent d'espoir meurent de faim.

***

Sasuke et Sakura, assis dans la salle d’attente, tremblaient d’angoisse à l’idée que Kaï puisse échouer à ce test. La kunoichi rose tentait de se concentrer sur le magazine de mode qu’elle faisait mine de lire pour cacher son stress. Le papier frémit sous ses doigts.

Ceux de Sasuke martelaient mécaniquement l’accoudoir de sa chaise. L’Uchiha avait l’air absent, immobile si ce n’était ses doigts endiablés.

La porte coulissa finalement, les deux époux tournèrent la tête immédiatement. Naruto se tenait dans sur le seuil, triomphant. Parce que le test était bien négatif?

« Après de nombreux essais... » décréta l’Hokage. « Positif. »

Sakura réprima un intense cri de joie.

« Je. te .l’avais. dis. » Sasuke détacha chaque mots de sa phrase avec une jubilation enfantine.

La kunoichi lâcha un immense soupir de soulagement. Leurs vies allaient pouvoir redevenir comme avant.

***

Être ou ne pas être, je ne me pose pas la question puisque dans la vie il n'y a que le parraître.

***

L’entrée de Kaï dans sa classe de l’Académie fut bien remarquée. Leur professeur n’avait pas été prévenu de son retour. C’est ainsi que le pauvre Iruka faillit faire une crise cardiaque en le voyant entouré de ses amis. Il se remit bientôt de sa stupeur et la journée débuta avec une révision complète de la matière, taijutsu, ninjutsu et genjutsu. Lorsque Iruka commença à parler des Hijutsus, Akimichi Hagane leva bien haut sa main.

« Oui? »
« Les Hijutsus sont bien des techniques héréditaire que seuls les membres de la même famille possèdent, n’est-ce pas? »

Hagane, fils de Chouji et de Ino, avait lui, hérité de leurs deux techniques mais était plus doué pour la transposition de l’esprit. Il ressemblait beaucoup plus à sa mère; yeux bleus, taille svelte, peau très claire. Mais ses cheveux bruns venaient de son père.

« Exactement. De nos jours, les Hijutsus sont de plus en plus mélangés. Comme toi, par exemple. Le Hijutsu du clan Akimichi est basé sur le Baika no Jutsu et ses variantes. Tandis que celui du clan Yamanaka est le Shintenshin no Jutsu, les Transpositions de l’Esprit. »
« Je sais que les Hijutsu ne sont pas seulement composés de techniques de ninjutsu. » intervient Riku.

Ce gamin d’habitude calme et posé changeait parfois violemment d’humeur, devenant un peu plus comme sa mère, une kunoichi de Suna. Comme Temari, il avait les yeux azurés mais ses cheveux noirs rebelles, il les avaient hérités de son père. Il maitrisait mieux la manipulation des ombres que les techniques Fûton que sa mère tentait de lui enseigner lors de ses visites. Sa grande intelligence en faisait un bon élève, plus énergique que son paternel.

« En effet. » sourit Iruka. « Dans cette catégorie, il y a aussi les dojutsus. J’allais justement amener ce sujet. Bref. Jadis, à Konoha, il n’y avait qu’un seul clan héritier de ces pupilles. Le clan Hyuga, possesseur du Byakugan. »

Iruka posa les yeux Yuu. Tous les élèves suivirent son regard.

« Au fil des décennies, une branche secondaire s’est créee. On l’appelera le clan Uchiwa. Lentement, le Byakugan s’était muté en un deuxième dojutsu, redoutable lui aussi mais en quelques points inférieur au Byakugan. En mutant, le Sharingan avait perdu la capacité de voir à travers les corps opaques, à 360 degrés et à 50 000KM. Mais il a gagné un pouvoir caractéristique, celui de prévoir les attaques taijutsu et ninjutsu de l’adversaire et aussi, de pouvoir copier un nombre infini de techniques. »

Les yeux se tournèrent vers Kaï.

« Iruka-senseï? »
« Oui, Kazuki? »
« Si Kaï et Yuu veulent bien... peuvent-ils nous faire une démonstration? »
« Tout ne dépend que d’eux. » répondit le professeur.

Les deux intéressés se consultèrent du regard avant d’hocher la tête.

« Eh, bien. Venez me rejoindre à l’avant. »

Yuu et Kaï obéirent. La jeune fille décida de commencer, même si, ayant seulement un oeil doué du Byakugan, ce n’était pas aussi impressionnant. Les veines criblèrent sa joue gauche. Des cris admiratifs résonnèrent dans la salle. Yuu ferma rapidement les yeux. Concentrer trop d’énergie dans un oeil aveuglerait l’autre. Elle retourna s’asseoir, laissant place à Kaï.

L’Uchiwa ferma ses yeux un long moment. Lorsqu’il les réouvrit, ils étaient injectés de sang. Un point noir au centre entouré d’un cercle, trois crocs sombres interrompaient ce cercle. Iruka retint une exclamation de surprise.

Le gamin n’avait que 9 ans et il avait déjà développé son Sharingan jusqu’au maximum? Presque maximum, en fait. Iruka avait oublié le Mangekyou... Aucun Uchiwa avait réussi cela depuis... Ce nom était désormais tabou. Iruka chassa bien vite cet individu de sa pensée. Ses élèves s’agitaient, voulant voir les yeux de Kaï de plus près.

« Retournez à votre place! » tonna-t-il.

Et à Kaï, il dit.

« Comment as-tu pu développer ton Sharingan si rapidement en si peu de temps? »

Même Kakashi, à 13 ans l’avait reçu avec deux crocs, considéré comme énorme à cette époque. Jusqu’à ce qu’... Tabou. Tabou, ce nom était tabou.

Le gamin haussa ses épaules. Ses prunelles étaient redevenues d’encre.

« Ton Sharingan a trois crocs. » l’informa Iruka.

Kaï ne semblait pas comprendre davantage.

« C’est l’une des... c’est la forme la plus avancée du Sharingan. »

« ... Ah bon. » éluda l’Uchiha.

***

Si tu plonges longtemps ton regard dans l'abîme, l'abîme te regarde aussi.

***

Bien sûr, Sasuke en fut informé. Comme s’il ne le savait pas déjà.

Mais pour Sakura, c’était nouveau. Alors elle se promit de le féliciter chaleureusement en lui préparant son plat favori. Il fallait se méfier des prodiges, Sasuke devrait le savoir plus que quiconque.

Toutefois, celui-ci ne se contentait que d’être fier et vantard.

Sakura se promit d’accorder une attention particulière à son fils unique, seul héritier. Sans doute n’avait-elle pas remarqué qu’elle était déjà très protectrice. Trop, peut-être.

Ainsi, la petite famille dîna dans le silence, ce soir là. Maki de homard, qui avait coûté une fortune. Vous n’êtes pas sans savoir que les Uchiwa possédaient... beaucoup, beaucoup d’argent. Kaï ne formula qu’un seul mot.

« Merci. » dit-il à sa mère après que celle-ci eut déposé son assiette devant lui.

Que s’était-il passé à l’Académie? Ou était-ce la faute de Sasuke, qui lui mettait trop de pression, à ce pauvre gamin chétif?

Sakura restait sur ses gardes. Pas question que la tragédie se produise de nouveau.

***

Le verbe aimer est difficile à conjuguer: son passé n'est pas simple, son présent n'est qu'indicatif et son futur toujours conditionnel.

***

Deuxième journée au village et les piétons dévisageaient encore Kaï lorsque celui-ci se promenait dans la rue.

« Ignore-les. » lui souffla Riku.

Pourtants, il ne pouvait pas. Oublier ces regards méfiants? De quoi se méfiaient-ils au juste? La vieille dame au comptoir du salon de thé lui donna la réponse à sa question.

« Mais je te reconnais, toi! » s’exclama-t-elle en voyant Kaï.

« Hm? »

« Que fais-tu ici, gamin? Je croyais que tu étais un Nukenin, Ita... »

Un homme, sans doute le mari de la caissière, plaqua la main sur la bouche de la vieillarde.

« Pardonnez-lui, Uchiwa-san. Elle est agée et sénile. »

Ita? Ita quoi?





Kaï et ses amis l’ignoraient. Toutefois, vous, cher lecteur, l’avez bien deviné n’est-ce pas? Les réations des villageois en voyant le fils de Sasuke étaient-elles fondées? Après tout, le test d’ADN a bien été positif, non? Et l’ADN ne ment pas... Ou ment-il parfois?
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 20:59 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 10: Timeskip, éloignement


Timeskip. 6 ans plus tard.



Kaï était maintenant âgé de 15 ans. Il fait partie des ANBUS. Sa spécialité? Chasseur de déserteur. Ses coéquipiers? Yuu, Riku, Hagane et Reya. Il avait même développé une relation privilégiée avec la fille de Shino. En 6 ans, ils étaient devenus bien plus que des amis, au désarroi du paternel qui se désolait de voir sa fille unique grandir si vite.

Sasuke et Sakura? Agés de 31 ans, ils n’ont pas eu d’autres enfants. Tandis que leurs amis avaient toute une marmaille...

Les villageois s’étaient habitués à voir Kaï traverser la rue. Toutefois, de temps en temps, un abruti s’écriait encore et toujours...

« Hé! Mais c’est Ita -- »

Pour être interrompu par un autre. Kaï avait mené certaines recherches même si tous les manuscrits qu’il poursuivait étaient classés comme interdits. Il s’avérait que les citoyens le comparaient à Uchiwa Itachi, Nukenin et célèbre meurtrier.

En grandissant, sa timidité s’était effacée, laissant place à une nature provocante. C’est exactement pour cela qu’il s’était laissé pousser les cheveux et les attachaient sur sa nuque. Il s’amusait à faire peur aux gamins en activant son Sharingan... Il ne manquait plus que les cernes.

Son père le réprimait souvent pour son attitude irrespectueuse. En effet, Kaï n’idolâtrait plus Sasuke, se considérant à présent au même niveau que son géniteur. Les pères craignaient sans doute tous ce moment. La vieillesse n’est jamais aussi apparente aux yeux de l’homme que lorsqu’il est témoin de l’épanouissement de la jeunesse.

Sakura pressait Sasuke de tenter un rapprochement avec son fils. L’Uchiwa orgueilleux reportait toujours cette rencontre père fils au lendemain. Jusqu’au jour où Sakura le menaça plus sérieusement... Kaï s’éloignait de plus en plus d’eux, dérivant au loin.

***

Qui donne ne doit jamais s’en souvenir. Qui reçoit ne doit jamais oublier.

***

« Je n’ai jamais été doué pour les mots. » commença Sasuke.

Kaï détourna la tête. Reya et lui étaient supposés être au restaurant...

« Regarde-moi lorsque je te parle. » assena froidement le père.

L’adolescent obéit après avoir poussé un léger soupir.

« Je te trouve un peu lointain ces derniers jours. Ta mère et moi aimerions connaître la raison de cet éloignement. »

« ... »

Kaï repensait inlassablement à Reya, qui devait l’attendre impatiemment au restaurant. Et dire qu’il avait dépensé une fortune pour la réservation. Mais... Et si elle rencontrait un autre mec? Et si Hagane venait la rejoindre? Kaï grinça sourdement les dents à cette pensée. Le blond et lui étaient devenus ennemis depuis cette soirée là... La fête que Riku avait organisé afin de célébrer la promotion de Yuu au grade d’ANBU. Hagane avait profité de la mélodie romantique qui émanait des haut-parleurs, au début de la soirée. Il l’avait invité à danser.

Reya avait refusé, prétextant une entorse à la cheville. Le pauvre Hagane avait eu le coeur brisé lorsqu’il aperçut sa belle dans les bras de l’Uchiwa, en train de valser sur une chanson entraînante. Riku et Yuu avaient ouvert le bal. D’autres couples les suivaient, la plupart étant leurs vieux camarades de l’Académie. L’Akimichi resta alors posté au comptoir de jus en compagnie de d’autres célibataires qui se noyaient dans la limonade.

Uchiwa et Aburame avaient donc commencé à se fréquenter, sous l’oeil mauvais de leur ami jaloux, d’un père inquiet et d’un autre, mécontent. En effet, Sasuke n’appréciait pas Reya. Il préférerait que son fils tombe dans les bras d’Uzumaki Maia, la jeune soeur de Meihru. Ou encore, Hyuga Yuu, l’héritière du prestigieux clan.

« Kaï. » La voix glaciale de Sasuke interrompit ses songes.

Le fils leva un regard impatient sur son père.

« Saviez-vous, père, que les gens qui me croisent dans la rue me comparent au Nukenin Uchiwa Itachi? Saviez-vous, père, que les gens m’évitent à cause de ma ressemblance? Et les plaisanteries de gamins que j’ai enduré? Cet homme était un faible qui se croyait au-dessus de tout. Périr dans un éboulement de terrain alors qu’on a été considéré comme le génie de Konoha, le ninja le plus puissant de toute une génération, un prodige? Saviez-vous, père... que je l’admire? »

Kaï évita aisément la pluie de kunaï que son père lança sur lui. Il recula d’un bond de plusieurs mètres avant de revenir vers Sasuke, un sourire narquois aux lèvres.

« Imbécile inconscient. C’était un fou dangereux. » Lui assena le père.

« Un fou qui avait de l’ambition. » Le sourire moqueur se transforma en rictus mauvais qui fendit le visage angélique de l’adolescent. « Lui, il voyait plus loin que le bout de son nez. C’est triste que ses desseins aient été interrompus par une catastrophe d’origine naturelle. »

« Je te ferai emprisonner pour avoir tenu de tels propos. »

« Y a-t-il une loi écrite qui interdise l’admiration envers un Nukenin? »

« Tu parles d’un meurtrier en série, pas n’importe quel déserteur. »

Kaï ouvrit la bouche pour répliquer. Il s’interrompit en fixant un point derrière Sasuke.

Celui-ci arqua un sourcil perplexe en se retournant. Un métal froid lui frôla la joue, arrêtant un instant son mouvement. Le kunaï provenait de la direction opposée. Son fils ne pouvait pas l’avoir lancé.

Dans la grande clairière, Sasuke ne vit qu’un corbeau. Tout seul.

En un clin d’oeil, il y en avait deux. Puis quatre.

Les quatre oiseaux s’envolèrent d’un seul geste.

L’envol de quatre corbeaux avait toujours été un mauvais présage. Le chiffre 4 était considéré comme malchanceux et la volaille aux plumes noires, un signe de mort.

***

Notre gloire n’est pas de rester debout mais de se relever à chaque chute.

***

« Ça va? »

La voix de Reya réveilla Kaï de ses songes. Il atterrit sur une branche et faillit perdre pied. La jeune Aburame retint sa manche et le tira vers elle.

Devant, Hagane s’arrêta et protesta.

« Amenez-vous! Nous n’avons pas de temps à perdre sur le territoire ennemi! »

À contrecœur, Kaï s’arracha aux bras de Reya et rejoignit le reste de l’équipe.

« Que t’arrive-t-il, Uchiwa? T’as la gueule de bois? » Ricana le fils de Chouji et d’Ino. « T’as piqué des bouteilles dans le caveau de ton père? »

« Nous réservons le sake pour les célébrations. » répliqua Kaï d’un air absent.

Hagane réprima un rire. « C’est ça, ouais. Salopard d’Uchiwa. »

L’héritier du Sharingan lui jeta un regard ennuyé. Il se volatilisa soudain et réapparu devant celui qu’il considérait autrefois son ami. Le coup de poing que Kaï porta à la joue de Hagane résonna sèchement dans le sous-bois silencieux. L’Akimichi alla s’écraser dans un arbre.

« Ça va pas la tête? Qu’est-ce qu’il te prend, Kaï? » Riku freina brusquement. « On est au climax d’une mission S. »

Yuu enclencha vaguement son Byakugan. « Ils sont à 65KM de nous mais se rapprochent rapidement. Une unité de 6 hommes dont un plus éloigné des autres. Il protège leurs arrières. Dépêchez-vous. Ce sont des nins d’élite. »

Hagane se frotta la joue et lança un regard venimeux à son rival. « Hung. Allons-y. »

***

Se venger d'une offense, c'est se mettre au niveau de son ennemi; la lui pardonner, c'est se mettre au dessus de lui.

***

« Arrêtez-vous! »

Les mots de Yuu n’étaient qu’un souffle. L’escouade entière lui obéit.

« 5KM, devant nous. Unité de 8 hommes. 2KM... » Elle pivota la tête vers sa gauche. « 5 hommes. Et 3,5 KM dans cette direction-ci... (Elle pointa sa droite) 19 hommes. »

« Nous sommes cernés. » Riku réfléchit brièvement. « Prenons une chance avec l’unité de 5 hommes. Y en a-t-il d’autres à nos trousses? »

« Non. » Yuu secoua sèchement la tête.

« Bien. »

***

Il faut avoir des rêves assez grands pour ne pas les perdre de vue pendant qu'on les poursuit.

***


Éventuellement, les 5 ANBUS de Konoha rencontrèrent l’unité ennemie. Yuu avait raison, les adversaires étaient au nombre de 5.

Un homme imposant, une armoire à glace de 6 pieds, s’avança et parut scruter le groupe. Son regard s’arrêta sur Kaï, qui se tenait en retrait et en déduit qu’il était le maillon faible de l’équipe. L’ennemi n’hésita pas. D’un geste à peine perceptible, il dédaigna son sabre et fonça sur l’Uchiwa.

La riposte de Kaï ne se fit pas attendre. Ayant activé son Sharingan, il bloqua habilement la lame de l’adversaire avec son propre katana et le repoussa. Pendant ce temps, les subalternes d’Ame no Kuni harcelaient ses coéquipiers.

Le fils de Sasuke désarma facilement son ennemi et prit possession du sabre de l’adversaire. Il enfonça l’arme barbare dans le sol et, d’un coup de pied à la poitrine, fit basculer le géant sur son dos. Il l’acheva de son katana, plantant la lame au niveau du coeur.

Il chercha ensuite à venir en aide à ses coéquipiers. Voyant que Yuu, Hagane et Reya prenaient le dessus, son regard s’arrêta sur Hagane.

L’Akimichi blond était sous le Genjutsu de son adversaire, agenouillé devant le ninja d’Ame, tremblant de tous ses membres.

L’Uchiwa fonça.

***

Offrir l'amitié à celui qui désire de l'amour est comme donner du pain à celui qui meurt de soif.

***

L’adversaire de Reya était un spécialiste de barrières de chakra. Il n’avait dévoilé son habilité qu’au moment où elle allait l’achever.

Ses insectes lui étaient inutiles, périssant sous les rayons défensifs de l’ennemi. Elle recula d’un bond, évitant le coup de hache qui lui était destiné. Il le savait. Il savait qu’elle était en difficulté.

Reya n’eut pas le choix que dédaigner son katana même si elle maîtrisait moins l’art de l’épée que ses compagnons. Elle para difficilement les attaques... Reya jeta un regard vers ses coéquipiers. Kaï délivrait Hagane d’un Genjutsu. Yuu en avait plein les bras. Riku faisait face à son adversaire. Aucune aide à espérer de leur part.

Ce moment d’inattention faillit lui coûter la vie. La hache fendit l’air à côté de son épaule. Son ennemi trébucha, elle en profita pour lui assener un coup de pied...

Mais le métal froid lui trancha le tendon derrière sa cheville. Elle perdit équilibre et bascula. Son sang jaillissait. Reya appela ses insectes et tenta d’attaquer son adversaire.

Celui-ci activa sa barrière. Les insectes furent pulvérisés. Il s’avança vers elle... et évita de justesse une note explosive que la jeune Aburame avait posé. Reya rassembla ses makibishi et les éparpilla autour d’elle, espérant garder l’ennemi à distance. Elle croqua son pouce et invoqua...

« Kuchyose no Jutsu! Sumi! »

La fumée se dissipa après l’explosion, laissant place à une énorme guêpe. Le bruit émanait de ses ailes bourdonnantes était assourdissant.

« Désarme-le! » lui cria Reya.

Et l’invocation obéit. Elle piqua vers le ninja d’Ame, le giflant de sa patte poilue. Il échappa sa hache sous la violence du choc et s’écrasa quelques mètres plus loin.

« Enfonce ton dard dans son corps! »

La guêpe se tourna vers son invocatrice et lui jeta un regard consterné. Si elle se débarrassait de son dard, l’abeille mourrait dans les heures qui suivaient. Reya hocha énergiquement la tête.

L’invocation s’inclina légèrement. La guêpe obéit et l’ennemi rendit l’âme. L’insecte disparut dans un nuage de brouillard.

Reya rampa jusqu’à l’arbre le plus proche et appuya son dos contre le tronc. Elle ramena sa jambe contre elle et appliqua des soins sur sa cheville. Les soins terminés, Reya leva la tête.

Pour voir, avec horreur, Yuu se faire transpercer d’une lance ennemie...

***

Ça prend seulement une minute pour remarquer quelqu'un, une heure pour l'apprécier et une journée pour l'aimer. Mais même une vie entière n’est pas suffisante pour l’oublier.

***

« Riku! »

Le jeune Nara lui tournait obstinément le dos. Kaï tentait de consoler Reya.

« ‘tain, Riku! »

Impatiemment, Hagane attrapa l’épaule de son ami et le força à le regarder dans les yeux. Le fils de Shikamaru et de Temari affichait un visage tordu par la culpabilité.

« ... »

Hagane lâcha son emprise sur Riku et le laissa s’éloigner. Rokudaime les avaient félicité de la missions réussie avec succès mais lui aussi paraissait souffrir... Neji et Tenten allaient être dévastés.

L’Akimichi rejoignit Kaï, qui enlaçait Reya. Celle-ci avait sangloté durant tout le trajet de retour. Le regard absent, l’Uchiwa semblait fixer le néant. Il leva des yeux vides sur son rival.

« Empêche-le de commettre un geste qu’il pourrait regretter. » lui souffla Kaï. « De nous trois, tu es son plus proche ami. »

Hagane se volatilisa. Reya s’était assoupie.

Un vent glacial souffla sur le couple. Et l’illusion, la même qu’il avait vue derrière son père quelques jours plus tôt, réapparut sous les yeux de l'adolescent.

Un homme qui se détachait en une centaine de corbeaux.
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 21:00 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 11: Dénouement


Riku ne venait plus en mission. Ces derniers mois, il s’était renfermé sur lui-même, attaquant tout ceux qui osaient entrer dans la chambre de sa bien-aimée. Il dormait sur le lit de Yuu, contemplait les photos de l’album de Yuu, hallucinant son retour comme celui de Kaï...

C’était impossible qu’elle revienne. Il l’avait vue mourir sous ses yeux. Comme il avait été idiot. Il aurait en finir plus vite avec son adversaire et remarquer qu’elle était en difficulté. Il aurait dû l’aider et empêcher...

Au moins, la mission avait été remplie avec succès. Mais à quel prix?

La porte s’ouvrit. Riku leva un regard haineux sur le visiteur. Hagane s’installa sur le bord du lit sans dire un mot.

« Va-t-en. » cracha le jeune Nara.

Hagane planta sévèrement son regard dans celui de son ami. « Tu ne peux pas rester éternellement ici. Tes parents s’inquiètent. Kaï et Reya s’inquiètent... »

« ... »

Riku se retourna sur le ventre, allongé sur le lit. « Si tu savais comme je m’en fous... »

« Moi, je m’en fous pas. Elle est morte et tu ne peux rien y faire. On a besoin de toi. Reya a faillit se faire tuer il y a deux jours. »

« C’est son problème. »

« Le sort de tes amis te concerne-t-il si peu? Tu aimerais qu’on meure tous, les uns après les autres? »

« Uzumaki-san pourra vous assigner un autre partenaire. J’en ai plus rien à faire. »

« On nous a enseigné à faire le deuil, toi qui était si bon élève! Les décès sont fréquents. Ça fait partie de la vie d’un shinobi, que tu le veuilles ou non! » explosa Hagane.

L’Akimichi claqua des doigts. « Allez! Remue-toi, ce soir, on sort! »

Riku arqua un sourcil. Mais il ne protesta pas et se laissa entraîner par son ami.

***

Kaï et Reya s’étaient donné rendez-vous sur la falaise des Hokages. Lorsque l’Uchiwa arriva, en retard, il fut surpris de trouver l’endroit complètement désert. Le vent sifflait mais aucun autre bruit se manifestait.

« Oi, Rei-chan! » appella-t-il. « Si tu veux me faire peur, c’est raté! »

Comme la jeune fille ne lui répondait pas, l’Uchiwa angoissa.

« Reya? »

Un silence sourd. Même le vent s’était arrêté de souffler. Un battement d’aile se fit entendre. Le bruit venait de son dos. Kaï se retourna vivement.

Un corbeau solitaire s’était posé sur la rampe qui empêchait les visiteurs de tomber du haut de la falaise. Il fut bientôt rejoint par un deuxième oiseau. Puis un troisième. En quelques clignements d’yeux, la rampe fut envahie par des amas de plumes noires.

Les animaux se posèrent sur les roches des alentours. Kaï fut bientôt encerclé par des corbeaux.

Son bras... s’envolait en oiseaux d’encre. Un Genjutsu.

Bien qu’il fut conscient du sort dont il était prisonnier, il ne put le briser. Il enclencha donc son Sharingan.

Ses membres continuaient à se décomposer en volatiles.

***

Je vais le buter s’il n’a pas une bonne excuse...

Aburame Reya se tenait sur la plateforme de la Falaise des Hokages, appuyée contre la rampe. Devant elle s’étendait Konoha. Les citoyens vaquaient paisiblement à leurs occupations.

La jeune fille soupira. Où était-il passé, ce Kaï?

***

« QUI ÊTES-VOUS?! » hurla Kaï à son adversaire invisible.

Son corps se détachait toujours... mais plus lentement.

« QU’AVEZ-VOUS FAIT À REYA? »

Aussitôt ces mots prononcés, la jeune fille apparut devant l’adolescent, clouée à une croix grisâtre par des pieux plantés dans ses poignets. Des sabres étaient enfoncés dans la chair de Reya, un oeil à la pupille muscrat pendait sur sa joue maculée de sang.

L’Uchiwa s’étrangla avec sa salive.

« SALOPARDS! »

La peau diaphane de l’Aburame fondait comme la cire d’une chandelle, dégoulinant sur le sol.

Un Genjutsu. Rien de cela était réel.

« Montrez-vous! »

Dans la nuée de corbeaux, un oeil écarlate apparut, marqué de trois crocs. Sharingan.

« Tou-san? »

Pourquoi son prore père l’éprouvait-il? Pour le punir de s’attacher à Reya?

Les trois crocs se rejoignirent, formant une espèce de shuriken dans l’oeil.

Mangekyou. Non, Sasuke ne maitrisait pas le Mangekyou. Cela ne pouvait qu’être...

Les corbeaux se rassemblèrent et formèrent le corps du Nukenin. Que faisait-il à Konoha, lui? Il avait péri sous un éboulement de terre. Impossible...

La douleur que Kaï ressentit lorsque la pointe affilée d’un kunai vint lui percer l’épaule était pourtant bien réelle. Il admirait cette homme dont le nom était tabou mais le combattre, ce n’était que trop effrayant.

***

« Reya-san. »

La jeune fille tourna la tête. Sasuke montait la dernière marche des escaliers qui menaient jusqu’au haut de la falaise.

« Ah. Uchiwa-sempai. »

« Hn. » Sasuke rejoignit la petite amie de son fils. « Tu n’aurais pas vu Kaï? »

« En fait... Nous étions supposé nous rencontrer ici. »

« Et... il ne s’est pas montré? »

« Non. »

Sasuke ne répondit pas et se contenta de lui tourner le dos. Il entreprit la descente des escaliers, un air sombre peint sur son visage.

***

« Vous... Vous voulez me tuer, c’est ça? Pour empêcher le clan Uchiwa de continuer à exister, hein? »

Le visage de l’ennemi restait de glace.

« Vous ne m’aurez pas, oncle! »

Ce dernier mot sembla offenser l’adversaire.

« Hola... Calme-toi, gamin. » Une voix retentit même si les lèvres du déserteur ne remuaient pas. « Je ne suis pas ton oncle. »

« Quoi? QUI ÊTES-VOUS ALORS? »

Un petit rire se fit entendre.

« Eh bien, gamin. » La voix prit une intonation plus dramatique. « Sache que je suis... ton père. »

« C-comment? »

« N’as-tu pas eu un vague souvenir de déjà-vu lorsque tu as entendu mon nom pour la première fois, dans la forêt d’Iwa? »

« ... »

« Je prends ton silence comme une réponse positive. » L’individu regarda les alentours.

« Comment... comment savez-vous? »

« Je te suivais, gamin. »

Kaï s’écroula sur ses genoux. « Vous mentez. » Il plaqua ses mains sur ses oreilles. « Vous mentez! Je suis le fils de Haruno Sakura et d’Uchiwa Sasuke! »

La nuée de corbeaux se dispersa pour dévoiler une silhouette enveloppée dans un manteau noir et rouge. Elle s’avança vers l’adolescent tremblant.

« J’ai effacé ta mémoire avant de te livrer à mon stupide petit frère. »

***

« Tu es sûr de ton coup, Kiba? »

« Oui, je suis certain qu’ils sont là-dedans. À moins qu’il ait masqué son odeur et que tout ceci ne soit qu’un piège. »

« Je prends le risque. »

« Je détecte deux odeurs, Uchiwa. Il y a quelqu’un d’autre avec ton fils. »

« À qui appartient la deuxième? »

« Un individu mâle âgé d’une trentaine d’années. Je n’en sais pas plus. L’odeur m’est inconnue. »

« Ce n’est pas un habitant de Konoha? »

Kiba renifla l’air. « Non. Il vient de la région d’Iwa. »

« Bien. Reste en retrait, Inuzuka. Si les choses tournent mal, tu iras prévenir Naruto. »

« Comme tu veux... » soupira Kiba.

Sasuke entra furtivement dans la caverne forgée dans la falaise des Hokages.

***

« Tu n’es pas Uchiwa Kaï, gamin. »

La voix se répercuta sur les parois de la cave.

« Je suis revenu te chercher, fils. »

***

La vision qui acceuillit Sasuke à l’entrée de la caverne semblait iréelle. Kaï était agenouillé devant un individu dont il ne voyait que le dos. Noir parsemé de nuages rouges.

Les cheveux d’encre de la silhouette étaient en partie cachés par le large col de son manteau.

« Enfin, tu es là. » articula une voix trop familière.

Une voix oubliée...

« Touchante réunion de famille, n’est-ce pas? Dommage que Tou-san et Kaa-san ne peuvent y assister. Qu’en penses-tu, Sasuke? »

Uchiwa Itachi. Le déserteur se retourna, dévoilant un visage las, des cernes profondes et deux taches écarlates.

Sans se demander la raison de la présence de son grand frère, le Chidori crépita. Sasuke chargea. L’ainé des deux frères immobilisa facilement son cadet. Itachi le paralysa à l’aide d’une décharge électrique semblable au Chidori Nagashi. La fureur avait fait agir stupidement la victime qui gisait maintenant sur le sol.

« Toutes ces années... Et notre différence de niveau n’a pas diminué. Pas même d’un seul cheveu. Comme tu me déçois, otouto. Tel père, tel fils. »

« Quoi? » murmurra faiblement Sasuke en tentant de lever la tête.

« En effet. J’ai tué la Team 7. »

En arrière-plan, Kaï, encore sous les effets secondaires du Mangekyou, sursauta légèrement, la tête toujours affaissée sur sa poitrine.

« ... » Les yeux écartillés, Sasuke fixa son grand frère, ne comprenant toujours pas.

« Tu es si stupide, otouto. Puisque c’est comme ça... Je vais te faire le plaisir de tout te raconter. »

***

Les ninjas d’Iwa n’y étaient pour rien. Uzumaki Meihru, Inuzuka Kisa et Uchiwa Kaï avaient péri sous sa main. Hyuga Hanabi avait été facilement traumatisée. Sur les lieux du crime, Pein avait amené la pluie, effaçant toutes les odeurs.

Les 3 ANBUS qui s’étaient présentés chez Sasuke étaient en fait une forme de Genjutsu très avancée. Sous le désarroi et le faux espoir que lui avait procuré cette annonce, Sasuke ne s’était pas attardé sur les anomalies des ANBU imparfaits. En effet, ils ne possédaient pas le tatouage significatif. Le signe de Konoha qu’ils portaient à l’envers et le sabre caractéristique des ANBU était absent. Il aurait pu créer des répliques parfaites mais le temps manquait. Itachi avait espéré que Sasuke ne remarquerait rien. Sinon, tout aurait foiré.

À l’aide du Mangekyou, il était aisé de produire une technique de Jutsu spatio-temporel. Le corps avait été enlevé du cerceuil sous les yeux du vieux guardien. La perte de mémoire d’Hanabi n’était pas une coincidence. Elle aurait pu tout révéler. Au prix d’une quantité assez importante de chakra, il avait effacé sa mémoire.

Caché dans la falaise des Hokages, un bouclier masquant son chakra, Itachi avait pu tuer les ANBUS ayant participé à la mission de rapatriment. Ils l’auraient gêné. Il s’était ensuite discrètement rendu dans la salle des archives. À sa surprise, aucun garde ne surveillait l’endroit. Éviter les pièges était un jeu d’enfant. Ayant détruit toutes preuves de la mort d’Uchiwa Kaï, il norcit la photo. Avec les blessures retrouvées sur le corps des ANBUS et cette photo calciné, les authorités de Konoha inculperaient Sasuke. Et lui, il s’en sortirait idemne... Pour l’instant.

Sasuke se sentirait acculé dans un coin. Connaissant son petit frère, Itachi savait que celui-ci chercherait à s’innocenter et, avec toutes les preuves de la mort de son fils disparues, se persuader que Kaï était encore en vie. Là était la partie délicate du clan. Si Sasuke avait changé de personnalité, devenant moins têtu, tout le plan tomberait à l’eau.

Heureusement, Sasuke avait agi comme prévu. Il avait raisonné de la même façon qu’Itachi. Sasuke avait déduit que s’il trouvait son fils, non seulement cela marquerait le retour de son héritier mais il prouverait son innocence aux yeux de Konoha et de Naruto. Mais dans la tête de Sasuke, il lui fallait garder l’expédition secrète. Naruto l’en aurait empêché.

Itachi avait effacé la mémoire de son propre fils et l’avait envoyé dans la forêt d’Iwa, près de l’endroit où lui et ses coéquipiers avait supposément péri. Connard de Sasuke avait mis deux mois pour le trouver! Itachi avait dû lui donner un petit coup de main. Le coup avec la vieille dame n’était pas prévu. Tant mieux. Itachi avait pu régler ses comptes avec la dame sénile.

Et comme prévu, Naruto avait envoyé des ANBU à la poursuite de Sasuke, pensant qu’il tentait de fuir ses crimes. Konoha n’avait que des hypothèses. Aucune preuve réelle, aucun motif pour le supposé meurtrier en cavale. Sa fuite aurait prouvé en quelque sorte sa culpabilité. Konoha poursuivaient son unique suspect. Pourtant, les chances que Sasuke soit coupable étaient d’à peine 10%... jusqu’à sa fuite.

Itachi avait tout suivi depuis son perchoir, prenant soin de rester dans l’angle mort du Byakugan. Avec son Sharingan, il prévoyait les gestes et mouvements de l’Hyuga. De cette façon, il restait toujours dans l’angle mort. Une erreur lui avait cependant presque couté la vie. Ayant relaché son attention, Itachi garda cependant le bouclier de chakra. C’est ce qui avait empêché l’Hyuga de discerner clairement une silhouette humaine... Et ce qui l’avait empêché de sonner l’alarme et de se lancer à ses trousses.

L’odeur de son fils ressemblait à celle de l’enfant décédé d’Uchiwa Sasuke. Un peu plus salé, l’avait prévenu Pein, mais rien qui puisse trahir son identité.

Le Chidori Nagashi qu’Itachi avait copié à l’insu de Sasuke lui avait été bien utile pour se débarrasser des insectes patrouilleurs. Tout simplement parce que cette sorte d’insecte qui avait besoin d’humidité et de beaucoup d’eau ne vivait pas dans un endroit sec comme les alentours d’Iwa. L’eau suffisait à peine pour garder les arbres de la forêt vivants.

Il savait que Konoha se poserait des questions. Pourquoi avoir tout scellé alors qu’il n’y avait rien dans ce cerceuil? Pourquoi protéger un cerceuil vide? Était-il réellement vide? Le rapatriment des corps avait eu lieu, on avait bien reçu celui d’Uchiwa Kaï, pas vrai?

Mais toutes les personnes ayant jamais vu le « corps » d’Uchiwa Kaï étaient soit mortes ou s’en souvenaient plus du tout. Itachi avait fait un bon boulot.

Sasuke serait lavé de tout soupçon. Et le test d’ADN? Rien de plus simple. Si seulement Konoha avait daigné demander à Suna d’analyser l’ADN au lieu d’utiliser ses outils peu précis.

« Après de nombreux essais... Positif. »

N’est-ce pas? Les outils d’analyse de Konoha ne pouvait différencier l’ADN de deux cousins rapprochés, aux gènes si semblables. Les outils d’analyse de Konoha n’étaient pas assez avancés. Ces idiots qui croyaient dur comme du fer en leur expertise.

Pendant les 6 prochaines années, Itachi allait s’occuper de ses comptes personnels, des problèmes qu’il traînait depuis trop longtemps et qu’il régla. Sachant que son fils était entre de bonnes mains à Konoha et que sa véritable identité était protégée, il s’éloigna.

Et 6 ans plus tard, il crut bon de revenir le chercher. Konoha avait façonné son fils en un remarquable shinobi mais Itachi devait le tirer de là avant que les valeurs konohaiennes ne s’impriment dans son esprit. De plus, la mère de cet enfant s’impatientait. Il lui avait promis.

Cher lecteur. Vous vous demandez sans doute : « Comment? Pourquoi? Quand? »

Voici les faits :

Il y a 15 ans, 5 ans avant le retour de Sasuke à Konoha, Uchiwa Itachi se rend à Iwa. Il revient au repaire d’Akatsuki accompagnée d’une jeune fille aux longs cheveux noirs.

2 ans plus tard, la majorité de l’Akatsuki périt dans un éboulement. Les survivants sont ceux qui auront orchestré l’évènement : Konan, Pein, Tobi. Itachi survit parce qu’il est au bon endroit, au bon moment. Soit dehors, à 2H du matin. La jeune fille qui l’accompagne est à l’hôpital général de Hoshi no kuni, où leur planque est située. Elle fait fausse couche ce soir là.

Pourquoi cet éboulement volontaire? Parce qu’Akatsuki est devenue chaotique. Les membres embauchés après les morts de Deidara, Sasori, Hidan, Kazuku, Kisame et Zetsu ne cessaient de planifier mutineries et trahisons, tentant de prendre le pouvoir, de diriger Akatsuki pour diriger le monde. Voilà pourquoi. Ces plans ont chassé Pein d’Ame no Kuni où il est classé nin-déserteur de rang S par le nouveau Kage. Konan est capturée par les nouveaux chefs d’Ame no Kuni et exécutée. Tobi abandonne Itachi et Pein, les laissant pour mort afin de faire renaître l’organisation. Pein ne lui pardonnera jamais et fera tout pour se venger de cette ultime trahison.

Pein est le sauveur de l’ainé des Uchiwa. Après la disparition de son aimé, la jeune soeur de Deidara le cherche pendant trois ans, oubliant sa promesse envers sa vieille mère. Elle le retrouve, lui donnera un enfant et mourra. Sa mort entraîne plusieurs conséquences pour l’Uchiwa. Il confie le nouveau-né à Pein et tente de trouver un endroit où sa douce aimée pourra reposer en paix. La tâche n’est pas aisée pour un Nukenin supposément mort. Il trouve finalement un lopin de terre inhabité, une petite île perdue qu’il découvre en se perdant sur la mer alors qu’il se dirige vers le Pays des Vagues. Il grave le paysage dans son esprit et érige la tombe de sa jeune femme. L’Uchiwa retrouve Pein et son enfant agé d’un an.

Pendant 6 ans, Itachi éleve son enfant avec l’aide d’un couple de vieux croulants qui n’avaient jamais eu d’enfant. Sans pitié, il les tue lorsqu’ils découvrent son identité.

Deux ans plus tard, Pein, avec qui Itachi a gardé contact, le préviend d’une menace. Tobi s’est enfin activé. Selon ses sources, l’organisation est en partie reconstruite et s’est mise à la recherche de l’avant-dernier Bijuu, celui à huit queues.

Pein le presse de devoir démanteler cette organisation avant qu’elle ne soit complète. Ils avaient traqué Tobi pendant toutes ces années, le cherchant lui et son réceptacle de Bijuu. Le « bon garçon » s’est enfui avec 7 des 9 Bijuus. Maintenant qu’il donne enfin signe de vie, il faut le tuer avant qu’il ne devienne une menace.

Pein a une ambition. Celle de devenir le Dieu de ce monde. Et Tobi a la même ambition. Un monde ne peut pas être présidé par deux Dieux.

Pein lui suggére alors d’infiltre l’enfant dans une famille au sein d’un village. Konoha est choisie. Les autres villages sont au courant que certains membres de l’Akatsuki avaient survécu. Pas Konoha. En fait, le village caché dans les Feuilles a perdu de sa gloire d’antan et les autres Pays ne croient pas nécessaire de les informer de ce détail.

L’esprit d’Itachi se met à comploter sérieusement lorsqu’il entend parler du retour de son petit frère au village. Sasuke a eut un fils. Et tout devint clair pour Itachi.

Le fils de Sasuke a environ 9 ans, soit le même âge que son fils à lui.

Pein et Itachi laissent s’écouler une autre année.

Puis le plan entre en action.

Pendant 6 ans, après l’infiltration du fils d’Itachi, Pein et Itachi s’occupent de Tobi. L’organisation est démantelée. Toutefois, le réceptacle contenant les Bijuus est détruit. Fou de rage, Pein emporte Tobi dans la mort.

Itachi décide de révéler la vérité à son fils et de retourner sur la tombe de son aimée, la mère de son enfant.

Il ne planifie pas son « retour » à Konoha. Il veut seulement reprendre son fils puis s’enfuir. Sasuke se débrouillerait seul pour comprendre.

Hélas, les choses ne furent pas aussi simples. Sasuke s’était mis en travers de son chemin et il fut donc obligé de lui expliquer. Les renforts n’allaient pas tarder. Il lui fallait partir et vite.

***

« CONNARD! » hurla Sasuke, les larmes aux yeux. « Tu... Tu as... T’AS TUÉ MON FILS! »

« Tu ne vas pas te mettre à pleurer comme la dernière fois? Psychologiquement, tu es faible aussi... »

« Tu... Tu veux vivre la perte d’un fils, HEIN?! »

Les yeux révulsés par la haine, Sasuke tourna la tête vers son neveu.

« J’VAIS LE TUER... Pour toi... Tu aimerais ça, hein... Hein, tu aimerais ça, ITACHI?! » Sasuke éclata d’un rire de fou.

Le chidori se concentra dans sa main.

« Tu vas voir... Tu pourras ressentir la douleur... N’es-tu pas content, Itachi-niisan? »

Le chidori se transforma en une immense lame d’électricité. Elle s’allongea en direction du fils de l’ainé, toujours agenouillé mais inconscient.

La seconde d’après, alors que la lame était supposée transpercer le jeune corps, elle ne toucha que le vide.

« Tu peux seulement couvrir une certaine distance avec cette technique. »

Itachi transportait son fils dans ses bras. Il atterrit quelques mètres plus loin.

« Je suis désolé de devoir mettre fin à cette charmante réunion. » déclara-t-il subitement. « Ton ami Inuzuka ne devrait pas tarder à revenir avec des renforts. Il est temps pour Shisui et moi de partir. »

« Co-comment l’as-tu appelé?! » cria Sasuke en tentant de se redresser.

La douleur traversa son corps. Le plus jeune des deux frères s’effondra.

« Shisui. » sourit le Nukenin. « Oui, je l’ai baptisé Shisui. Joli nom, n’est-ce pas? »

« Comment as-tu... osé? »

« Sache que j’honore Shisui en donnant ce nom à mon fils. »

« Comment as-tu osé tuer Kaï... » Sasuke se recroquevilla sur lui-même, repliant ses jambes contre sa poitrine, comme un enfant blessé.

« Seul les plus forts survivent. Tu devrais le savoir, petit frère. »

Un rictus narquois plus tard, la cave était vide. Uchiwa Sasuke était seul, gisant sur le sol, le corps parcourut de soubresauts.

C’est ainsi que Kiba et 5 ANBUs le retrouvèrent 5 minutes plus tard.
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Lun 5 Mai - 21:02 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Chapitre 12: Épilogue


Une jeune femme aux longs cheveux noirs se tenait devant une pierre tombale dans le cimetière de Konoha. Elle s’accroupit.

« Si seulement tu savais... Yuu. » murmura-t-elle.

Une délicate larme perla du coin de son oeil.

« Qu’est-ce que je dis là? Bien sûr que tu sais puisque tu observes le monde sur ton nuage... Tant pis, je te raconte. J’aurais dû le faire il y a une dizaine d’années pour exorciser ce souvenir. » Elle s’assit.

« Kaï n’était pas Kaï, peux-tu le croire? En fait, il est le fils d’Uchiwa Itachi, qui est venu le chercher. Ils sont partis quelques semaines après toi. » Elle replia ses genoux contre sa poitrine et effleura l’herbe. « C’est ce qui a achevé Riku-kun. Il s’est suicidé ici, devant ta tombe. J’espère que vous vous êtes retrouvés... Au moins, une de nous deux serait heureuse... »

« Kaï est maintenant connu sous le nom de Shisui. Il a été capturé et va être exécuté à Kiri. Mais il va s’enfuir, je suis prête à parier là-dessus. » Elle sourit. « Il a peut-être passé la majorité de sa vie aux côtés de son père déserteur mais je l’ai côtoyé pendant six ans. J’ai eu le temps de très bien le connaître... »

« Tu sais, il ne va jamais me pardonner. Je suis en partie responsable de son état. J’ai tué son père après tout. Peux-tu le croire? J’ai tué Uchiwa Itachi... »

« Sasuke-san m’en veut encore de lui avoir ravi sa vengeance. Il en veut à tout le monde. Il n’a jamais voulu accepter la vérité, réaliser que son fils était vraiment mort. Sakura-san et lui forment encore un couple. Ils ont quarante et un ans. Et Sasuke-san a abandonné, à contre-coeur, l’idée de faire renaître son clan. Sakura-san m’a prise sous son aile. Elle m’a enseigné tout ce qu’elle sait. »

« Naruto-dono est mort sous la lame de Shisui. Il aussi tué mon père. C’est bizarre de l’appeler Shisui... Bref, une équipe -- qui incluait Uzumaki-dono et Tou-san, essayait de l’attraper après la mort d’Uchiwa Itachi. C’est finalement des ninjas de Kiri qui l’ont eu.
Et Tsunade-baasan a quitté ce monde doucement, dans son sommeil. Nous avons maintenant un nouvel Hokage.
Tu ne le croiras jamais mais c’est Hagane. Tous les autres candidats, dont le légendaire Copy-Nin et le Sannin pervers, sont morts. »

« Ça fait des années mais je me le demande encore. Pourquoi est-ce que les évènements se sont déroulés de cette façon? Si seulement... »

« Reya! »

La jeune femme leva la tête. Un homme aux cheveux blonds s’approchait d’elle et avait hélé son nom.

« Il est tard. Tu devrais prendre de meilleures habitudes. Pour le bien du bébé. » déclara-t-il en posant la main sur le ventre saillant de la jeune femme, esquissant un fier sourire.

« J’ai quelque chose à t’annoncer, Hagane... Ce sera un garçon. » Elle se remit sur ses pieds et défia l’homme du regard. « Et je veux qu’il porte le nom de Kaï. »

L’homme fronça les sourcils et retira sa main. « Hors de question. » trancha-t-il. « Nous l’appellerons Naruto, en souvenir de Rokudaime. Ou Shino, comme ton père. Ou Choji, comme le mien. »

« Il se prénommera Kaï. » dit-elle froidement.

Hagane éclata d’un rire fatigué. « Pour te rappeler celui que tu as toujours aimé? »

« Les gens pourront penser ce qu’ils veulent. Il s’appellera Kaï. »

« Ce que les gens penseront? Le nommer ainsi, en faisant référence à un Nukenin. » siffla-t-il.

« Ce n’est pas un Nukenin. C’est un gamin innocent qui a péri parce qu’il était au mauvais, au mauvais moment. Celui auquel tu fais référence s’appelle Shisui. »

Hagane ne répliqua pas et se contenta de baisser la tête. « Gomen... » Il soupira. « ... Si seulement... »

« ... rien de tout cela ne s’était passé. » compléta la jeune femme.

« Mais ce n’est pas le cas. » Un sourire erra sur les lèvres du septième Hokage.

Reya s’approcha de lui et plaqua sa tête contre la poitrine de son ami. « Tu es tout ce qu’il me reste. » chuchota-t-elle. « Alors ne m’abandonne pas. »

Hésitant, il entoura la femme -- sa femme -- de ses bras. Il avait gagné; il avait triomphé de Shisui/Kaï. Lequel des deux, il ne savait pas réellement. Peu importe, Reya était à lui. Elle était finalement tombée dans ses bras et il la chérirait, comme il s’était promis de le faire... Et ça, même s’il savait qu’elle n’aimait pas Akimichi Hagane mais plutôt le peu d’Uchiwa Kaï qu’elle retrouvait en lui.

C’était à la mention de ce nom qu’elle pleurait. C’était ce nom qu’elle criait lorsqu’elle jouissait. C’était pour ce nom qu’elle souriait. C’était pour ce nom qu’elle était devenue un parfait shinobi. C’était ce nom qu’elle voulait donner à son premier enfant, leur premier enfant.

Allait-il se contenter de si peu?

Hagane leva la tête et scruta le ciel. De là-haut, Riku et Yuu les observaient. Et bientôt, celui qui avait été son meilleur ami les rejoindrait.

Allait-il se contenter d’une femme distante dont le coeur appartient à un autre, d’un cercle d’ami quasi inexistant, d’une vie remplie de regrets?

Certainement.

Car, pour ce genre d’homme torturé, ce peu d’amour est mieux que rien.

***

Sakura observa son mari par la fenêtre. Il enseignait un jutsu de Katon à ses élèves. La dernière fille de Tenten, un fils de Konohamaru et le petit-fils d’Hinata... Leurs noms? Sakura ne s’en souvenait pas.

Elle se sentait particulièrement coupable de ne pas avoir donné un autre enfant à Sasuke.

Il aurait été si content... Peut-être cela l’aurait aidé à faire le deuil de Kaï.

Et le clan Uchiwa aurait un héritier.
Et Sasuke sortirait de son état de torpeur.
Et il redeviendrait le mari d’autrefois.
Et elle ne s’épuiserait plus à essayer d’égayer cet inconnu froid et distant qui l’avait remplacé.

Sakura et Sasuke n’avaient pas encore touché à la chambre de Kaï, le fils, devenue celle de Shisui, le neveu. Un chandail était encore étalé sur le lit, les sandales nonchalamment jetées près d’une chaise d’où pendait une paire de pantalons. Un livre sur les dojustus était encore ouvert à la page 342 sur le bureau, un crayon posé dessus. Une photo de Reya, castrée dans un cadre. Et deux ou trois kunais près de la lampe de nuit.

Même l’odeur du shampoing qu’utilisait l’adolescent était encore présente. Le temps s’était figé dans cette chambre. Une pièce disposée comme si l’occupant allait revenir.

Parfois, Sakura avait la vision de l’enfant de neuf ans, sautant sur son lit, ou encore celle de l’adolescent de quinze ans, assis calmement à la table, étudiant des bouquins ou contemplant la photo de Reya.

Uchiwa Sakura avait accepté la mort de son seul enfant.

Dehors, la fille de Tenten dont elle avait oublié le nom avait enfin réussi le jutsu. Un mince sourire étira les lèvres de la mère.

***

La douleur qui avait affligé -- et qui afflige encore -- Uchiwa Sasuke était si grande qu’aucun mot ne pouvait la décrire. Aucune phrase, aucun paragraphe, aucun bouquin en entier.

Une douleur plus profonde encore qu’un abîme sans fond, plus intense que la chaleur d’un millier de soleils, plus déchirante qu’un million de poignards dans le coeur...

Vous saisissez l’idée.

Il osait parfois espérer que tout cela n’était qu’un rêve -- non, un cauchemar, qu’il se réveillerait dans son lit, qu’il entendrait la voix de sa mère lui crier qu’il allait être en retard, qu’Itachi allait lui adresser encore une fois ce sourire hautain mais amusé lorsqu’il allait trébucher sur son propre pied...

Et il revenait à la réalité, se remémorant des faits.

À quoi bon? Il n’avait pas revu Shisui depuis bientôt dix ans. À quoi ressemblait ce gamin, maintenant?

...

Il s’en voulait. D’avoir attaqué le fils d’Itachi? Non.

Il s’en voulait. D’avoir attaqué celui qu’il avait chéri comme un son propre fils. D’avoir levé la main sur lui. Que son dernier geste à son égard était une tentative de meurtre. Que son dernier regard était empli de haine et de vengeance. Il regrettait.

Il regrettait tout.

Uchiwa Sasuke avait perdu son âme et errait comme un fantôme aux gestes machinaux. Rien ne pourra le guérir. Il était persuadé que tout cela allait le poursuivre jusque dans la mort.

Trois ans plus tard, il put constater qu’il n’eut pas tort.

***

Une douce mélodie s’échappa maladroitement des lèvres de Chouji. Il berça l’enfant dans ses bras. À sa grande surprise, le nouveau-né s’endormit contre la poitrine de son père.

Soupirant de soulagement, Chouji le déposa dans son petit lit. Il prit soin de refermer lentement la porte, sans la claquer comme il le faisait habituellement.

Il passa devant la chambre de ses triplés, âgés de quatre ans, et sourit en les voyant dormir à poings fermés.

Il s’arrêta devant la porte de sa fille de dix-neuf ans. Une musique étouffée en émanait. Il ouvrit la porte et les haut-parleurs, réglés au maximum, firent éclater ses tympans.

Akimichi Mia était assise sur son lit, entourée de disques et lisant un magazine. Elle leva la tête. De longues mèches blondes cachèrent ses yeux. Elle les écarta d’un vague mouvement de la tête.

Chouji éteignit les haut-parleurs.

« Oui, Tou-san? Qu’y a-t-il? » demanda la jeune femme.

Sans répondre, Chouji s’approcha du lit de Mia et lui prit le magazine.

« Uchiwa Shisui sera exécuté à Kiri dans six jours. Toutes les mesures de sécurités ont été installées pour empêcher le dangereux Nukenin de fuir... » lut-il à haute voix.

« Ils devraient le tuer immédiatement. Pourquoi attendre six jours? » pesta-t-elle.

« Tu sais... » Chouji lui remit le magazine. « Je ne comprends pas pourquoi les gens le détestent autant. Je l’ai connu adolescent, ce Shisui. Il était à Konoha jusqu’à tes neuf ans. »

« Vous prenez sa défense?! Vous allez donc essayer de le faire innocenter? »

Chouji la fit taire d’un regard dur. « Le faire innocenter, jamais. » tonna-il. Puis en voyant l’air surpris de sa fille, son ton se radoucit. « Je n’y pourrais rien. Rien de légal, en tout cas. Il est dans le système de justice de Kiri no Kuni. »

« Mm. » Mia feuilleta le magazine. « Et Nii-san? Il y pourrait quelque chose? »

« Sans doute. Mais on parle d’Uchiwa Shisui. » Chouji réprima un rire. « Hagane ne prendrait jamais son parti après tout ce qu’il a fait au village et à Reya. »

« Quel dévouement. » commenta Mia d’un ton désintéressé.

« Surtout lorsqu sait que Reya ne l’aimera jamais autant. » Chouji secoua la tête, mécontent. Son fils aurait mérité bien plus. « Ça nous apprend une bonne leçon sur l’amour. »

« Comme tu dis. »

Chouji esquissa un sourire. Décidément, le je-m'en-foutisme de sa fille le surprendrait toujours. Cela lui rappelait quelqu'un de particulier. Une certaine truie

***

Neji et Tenten avaient eu six beaux enfants.
L’aînée est morte en combattant.
Ayant pleuré des larmes de sang,
Les cinq autres devinrent puissants.
Leur grande soeur ils remplacèrent.
Mais le souvenir de Yuu est encore amer.

***

Shikamaru déplaça une pièce sur le jeu d’échecs et leva un regard triomphant sur le jeu en fille assise devant lui. Elle fronça ses sourcils blonds adorables, héritage de sa mère. Échec. Dans quatre mouvements, il aurait gagné.

À sa grande surprise, elle déplaça sa reine, bloquant le fou de Shikamaru. Un geste suicidaire puisque la reine était maintenant dans la ligne de mire du génie.

Shikamaru arqua un sourcil mais n’émit aucun commentaire. Sa fille se contenta de lui décrocher un sourire encourageant.

« Tu suicides ta reine? » lui demanda son père.

« Oui. »

La jeune fille de dix ans, blonde aux yeux bruns, s’appelait Sayu, fille d’un génie et d’une kunoichi colérique, fille de Nara Shikamaru et Sabaku no Temari.

Calme et posée, paresseuse et adoratrice des nuages, elle ressemblait en tout points à son père si ce n’était ces cheveux blonds coupés courts, touchant à peine ses épaules.

« Pourquoi donc? » demanda son père avec curiosité. Décidément, sa fille continuerait de l’étonner.

« ... »

Sayu se leva avec une lenteur exagérée. Shikamaru l’imita.

« Si la mort de Riku-niisan m’a appris quelque chose... » Elle planta ses yeux verts dans ceux de son père. « C’est qu’il faut parfois sacrifier quelque chose pour pouvoir mieux avancer dans la vie. »

« Hm? » Même s’il comprenait ce qu’elle voulait dire, il l’encouragea tout de même à poursuivre son idée.

« Voyez-vous, tou-san, si Riku-niisan était encore en vie, j’aurais abandonné la voie de shinobi depuis dix ans. C’est la mort de Yuu-neechan, le départ de Kaï -- non, Shisui et les conséquences que ces événements ont entraîné qui m’ont forcée à persévérer. »

Elle enleva les pièces du jeu une à une pour les ranger dans la boîte.

« Je ne veux pas sombrer dans la dépression comme Riku-niisan. Et je vais apprendre de ses erreurs. »

La dernière pièce fut rangée. Sayu prit l’échiquier dans ses mains.

« Je vais pas laisser un proche, qu’il soit shinobi ou pas, mourir sous mes yeux. Je deviendrai assez forte pour les protéger. Oui, je veux protéger tout le monde. »

Cette dernière phrase fit sourire Shikamaru.

« Eh bien. Voici donc une nouvelle facette de ta personnalité, Sayu-chan. Je te pensais aussi paresseuse que ton paternel. Protéger tout le monde. Y arriveras-tu? »

Ce fut au tour de la jeune fille de sourire.

« Oui puisqu’un certain ninja m’a un jour dit que si je voulais, je pouvais. »

Elle porta son regard vers le ciel.

Vingt ans plus tard, Nara Sayu sera la plus brillante stratège de Konoha et une med-nin aux dons miraculeux.

***

Dans le jardin de la demeure des Uzumaki, tout semblait si silencieux pour Hyuga Hinata malgré la ribambelle d’enfants qui jouaient sous ses yeux fatigués.

Sept. Huit si elle comptait Meihru. Neuf si elle comptait celui qu’elle portait.

Neuf enfants, alors. Comme les neuf queues du Kyubi.


...


La fille aînée réprimandait sa cadette. Les lèvres de l’aînée bougeaient mais étrangement le son ne parvint pas à mes oreilles. La cadette protesta. Encore le silence. Total et sans faille.

Pourquoi n’entendais-je rien?

Seul l’écho de mes pensées noires résonna dans ma tête.

Une famille nombreuse et en bonne santé. Il ne manquait que Naruto. Naruto?

Où était-il encore passé, celui-là? Sans doute caché dans ce buisson, attendant le moment propice pour bondir devant moi et m’effrayer.

Ou encore camouflé derrière la fontaine. Ou s’était-il terré sous l’herbe? Et si...

Je m’interrompis. Un main s’était posée sur mon épaule. Hinabi secoua la tête tristement en m’adressant des paroles muettes.

Je n’entendais toujours rien. Est-ce que j’ai prononcé mes précédentes réflexions à haute voix? Il semblerait que oui.

Hinabi, dis-moi où il se cache. Je ne veux pas m’évanouir comme la dernière fois.

Le visage de ma jeune soeur s’affaissa. Ses yeux se remplirent de colère. Sa bouche s’ouvrir et se referma. Elle criait.

Quoi? Il est sous le lit de Natsuki?

J’éclatai de rire.

Mais il manque d’originalité! Il s’est caché là il y a une semaine! Oh?

Hinabi me secoua violemment. Et pendant un court moment, mes oreilles furent débouchées.

Mais tu ne comprends toujours pas? Il ne se cache pas! Naruto-kun est mort! Il ne reviendra pas!

Assez. Arrête de dire ces conneries. Ce n’est plus drôle. Fais-le sortir de sa cachette.

Une gifle. Sur la joue? Hinabi, tu m’as giflée?

Sors de ton monde, Hinata! Je sais que c’est dur mais tu ne feras qu’empirer les choses en te coupant du monde auditif! Cesse de faire l’égoïste! Ouvre les oreilles et accepte la réalité!

Me couper du monde auditif? C’est vous qui vous obstinez à rester silencieux. Pourquoi êtes-vous tous sur Mute?

Une autre gifle. L’autre joue, cette fois.

Hinata! Si tu ne décroches pas immédiatement, je continuerai à te gifler! Et si mes mains deviennent hors d’usage, j’utiliserai mes pieds!

Pourquoi me frappes-tu? C’est Naruto? Tu es jalouse, n’est-ce pas? Que moi j’aie une famille et un mari et que toi, tu n’aies rien?

Encore une gifle. Tu veux me tuer ou quoi? C’est quoi ton problème?!

Je t’en prie. Regarde la vérité en face! Regarde --

Un voile noir s’abat sur mes yeux.

...


Un réflexe. Son cerveau se défit de l’usage de la vue en plus de l’usage de l’ouie. Elle ne veut pas entendre la mauvaise nouvelle. Elle ne veut pas voir le cadavre de son bien-aimé.

Quel cadavre? Quelle mauvaise nouvelle? Il n’y en a pas. Tout va très bien. Naruto reviendra.

***

La vie continuait dans le village paisible de Konoha. Les vieilles générations s’effacèrent pour laisser place aux nouvelles.

Cinq jours plus tard, les gens apprendront que Uchiwa Shisui s’est enfui de sa cellulle.

Trois ans plus tard, Sasuke quittera ce monde et avec lui, le clan Uchiwa de Konoha.

Six ans plus tard, le Sharingan renaîtra quelque part à Iwa sous la forme d’un autre enfant prodige...

Neuf ans plus tard, Aburame Reya et Uchiwa Shisui se retrouveront. Ils s’entretueront après avoir fait l’amour pour la première et dernière fois.

Douze ans plus tard, Konoha aura un nouvel Hokage du nom de Haruno.

Quinze ans plus tard, quatre amis se retrouveront. Le cinquième sera envoyé en enfer.

Ainsi va l’histoire. Ainsi se termine celle-ci.

Car bien sûr, une autre suivra.
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
nightmare
Invités de marque

Hors ligne

Inscrit le: 19 Avr 2008
Messages: 32
Localisation: dans mon lit fait a partir de la couette de l'oubli du polochon de dlul et d'autre trucs bizarre

MessagePosté le: Dim 11 Mai - 22:11 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

c'est tout simplement superbe je n'en trouve plus les mots
_________________
Apprend la sagesse dans la sottise des autres.
Il n'y a qu'un pas entre courage et stupidité.
Le rire et le sommeil sont les meilleurs remèdes du monde .


Revenir en haut
Konan lunétoile
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 18 Avr 2008
Messages: 154
Localisation: Dans les étoiles infinis

MessagePosté le: Dim 11 Mai - 22:37 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Embarassed j'admets
_________________
The Bird Of Hermes Is My Name, Eating My Wings To make Me Tame.


Revenir en haut
Stifleur
Membres des jardins

Hors ligne

Inscrit le: 10 Mai 2008
Messages: 4

MessagePosté le: Lun 12 Mai - 12:04 (2008)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic- Répondre en citant

Crying or Very sad  magnifique Crying or Very sad

Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 21:18 (2018)    Sujet du message: C'est le destin -Fanfic-

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet    Jardin aux mille couleurs Index du Forum -> Jardin au milles couleurs -> Salon de thé exterieurs Toutes les heures sont au format GMT + 2 Heures
Page 1 sur 1

 
Sauter vers:  

Index | Panneau d’administration | forum gratuit | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
Flowers of Evil © theme by larme d'ange 2006
Powered by phpBB © 2001, 2005 phpBB Group
Traduction par : phpBB-fr.com